Société

Le combat de Fabienne, jeune maman drépanocytaire

Sur le site de l’APIPD Drepaction, Fabienne, jeune maman ‪drépanocytaire‬ de 33 ans, originaire de la Martinique, nous raconte son histoire. Soutenez leur lutte contre la drépanocytose en participant à leur gala de charité le 1er Avril. Inscription sur le site.

Je suis drépanocytaire de type SC et je fais des crises très douloureuses. En effet, je fais des infarctus osseux, ce qui est fréquent chez les personnes atteintes de ‪drépanocytose‬ syndrome thoracique aigu.

Petite, les médecins ne savaient pas poser un nom sur les crises que je vivais. C’est seulement lorsque mon endocrinologue décide de me faire faire des tests plus poussés, suite à une alopécie cicatricielle qu’elle m’annonce que je suis atteinte de la drépanocytose.
Le 24 février 2014 très exactement, mes crises se sont réveillées et j’ai eu une batterie d’examens. J’ai été transportée à l’hôpital d’Athis Mons et je suis tombée sur un médecin super compréhensif. Je ne le remercierai jamais assez ! Il a pris le temps de me poser les bonnes questions et s’est rendu compte que je faisais une grosse crise (infarctus osseux au niveau des fémurs et des épaules) liée au stress du travail.

Fabienne 2

Le 13 septembre 2014, j’y suis retournée pour un syndrome thoracique aigu. Le 21 septembre, je m’enfonçais et mourrais. Je suis restée trois semaines hospitalisée dont 2 en service réanimation. Mais, je me suis accrochée à la vie, je suis encore là aujourd’hui et je suis tombée enceinte. Effectivement, j’ai été suivie plus qu’une grossesse normale puisqu’il fallait éviter de faire des crises afin de prévenir la transfusion sanguine pour préserver mon bébé. J’ai été sous oxygène jusqu’à la fin de ma grossesse soit fin novembre 2015. Et j’ai accouché à l’hôpital intercommunal de Créteil; ce qui ne m’a pas du tout empêchée d’aller travailler.

Les médecins étaient septiques mais, je leur ai prouvé que tout était possible avec de la bonne volonté et surtout une attitude positive. Ils m’ont fait confiance, j’ai été prudente et j’ai vécu pleinement ma grossesse.
Je n’ai pas pris l’avion car il m’était déconseillé de faire de l’altitude après avoir vécu un syndrome thoracique aigu. Mais, je suis allée dans le sud de la France en voiture et cela s’est passé à merveille. Et ils m’ont demandé de rester au chaud pour les derniers moments de ma grossesse.

Après mon accouchement, je continuerai mon métier de comptable et éduquerai mon enfant et pourquoi pas un deuxième. J’envisage de devenir chef de service dans une maison de retraite de ce fait, je passerai mon CAFERIUS. La maladie n’empêche en rien mes projets tant sur le plan professionnel que personnel.

Je conseillerais à tous les malades de vivre leur vie sans penser aux contraintes liées à la maladie. Bien au contraire de vivre cette aventure et d’en prendre les bons cotés. Je remercie de tout cœur mon entourage qui en effet, sans eux je pense que je serai morte.

APIPD

Previous post

La Martinique Marraine de la Ville d'Etain

Next post

Refus de location car votre garant habite dans un DOM. Que faire ?

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

1 Comment

  1. Anais
    mars 10, 2016 at 17:04 — Répondre

    Courage Fabienne ! Félicitations pour votre bébé !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *