Divers

Le cancer de la prostate chez les noirs

Les Universités des Antilles et de Kinshasa unies dans la recherche contre le cancer de la prostate

Dieudonné Moningo Molamba (2ème à droite) du département de chirurgie de la faculté de médecine de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) a été proclamé lundi 26 octobre, agrégé de l’enseignement supérieur en médecine, après avoir réussi à la soutenance publique d’une thèse d’agrégation intitulée « Profil épidémiologique et déterminants génétiques du cancer de la prostate à Kinshasa ».

A travers cette dissertation doctorale, le chef des travaux Moningo a voulu identifier les particularités épidémiologiques et génétiques du cancer de la prostate, en vue d’élaborer des stratégies de prévention et de détection pour une prise en charge précoce.

Selon le récipiendaire, le cancer de la prostate est l’un des cancers les plus fréquents chez les hommes et il constitue un problème majeur de santé publique à travers le monde. Celui-ci, « affecte de manière disproportionnée des personnes d’ascendance africaine quel que soit l’endroit où elles vivent dans le monde. Mais son ampleur et ses particularités en milieu africain ne sont pas bien connues ».

Le chef des travaux a mené trois études à Kinshasa et en Guadeloupe, premièrement chez 162 hommes âgés de 40 à 70 ans à Kinshasa, de septembre 2004 à décembre 2005. Puis, il a comparé 162 nouveaux cas et 144 sujets sans cancer de la prostate à Kinshasa de 2010 à 2013 et, enfin 498 cas à 565 témoins issus de l’étude Karuprostate en Guadeloupe de 2010 à 2013.

Cette thèse a eu comme promoteur les professeur Pascal Blanchet (3ème à droite) qui enseigne à la faculté de médecine Hyacinthe Bastaraud, à l’Université des Antilles et comme co-promoteur le professeur Augustin Punga Moele de l’UNIKIN.

Le secrétaire général académique, le professeur Prosper Kanyankogote Mpagazehe, a salué le partenariat entre ces facultés de médecine des ces universités et l’UNIKIN pour la production de cette thèse.

Par ailleurs, le secrétaire général académique de l’UNIKIN, le Pr Prosper Kanyankogote Mpagazehe, a réaffirmé lundi l’obligation, pour tous les doctorants, d’assurer une plus grande visibilité des résultats de leurs thèses en les faisant publier dans deux ou trois revues internationales, avant la soutenance publique. Cette publication permettra à d’autres chercheurs à travers le monde de critiquer, d’apprécier et de se rendre compte de la qualité de la recherche scientifique, cette étude pertinente pour l’Afrique et le monde.

source ACP Agence Congolaise de Presse

 

 

Previous post

HAUTE TAILLE & QUADRILLE A ARGENTEUIL

Next post

Les deux NATHALIE de la politique martiniquaise :« Ange(s) ou démon(s) ?

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *