Culture

Le 10 mai, Clichy commémorait aussi l’esclavage

Une commémoration qui a réuni des habitants de tous horizons, car cette « Journée Nationale des Mémoires de la Traite, de l’Esclavage et de leur Abolition » concerne toute notre humanité.
Ce fut une cérémonie fraternelle qui mêla humilité, sincérité et émotion. Elle débuta par une minute de recueillement au pied de la stèle dédiée au souvenir des millions de femmes, d’hommes, d’enfants victimes de l’esclavage et de son commerce.
Puis, Mme Viviane Vaugirard, Présidente d’Agora Karayib, accompagnée de Mr Alain Valgaire (Vice-président) et de Mme Suzanne Alcindor (Trésorière) ont déposé une gerbe pour garder vivante la mémoire de ce crime contre l »humanité.
Et le temps des mots est venu… Et quels mots ! A la suite du discours de Mme Vaugirard qui a marqué l’engagement de l’association dans la lutte contre l’esclavage, Philippe Cantinol (conteur, poète, musicien) a enveloppé d’émotion toutes les personnes rassemblées par les mots de Césaire… Aimé Césaire et son « Cahier d’un retour au pays natal » ou encore en remontant du passé l’histoire d’Abraham Hanibal avec « Négre de lumière ».
Et quand ce n’etait pas Philippe Cantinol, c’est le poète et slameur JYB qui prenait le relais avec la proclamation du 10 mai 1802 de Louis Delgrès « A l’univers entier – le dernier cri de l’innocence et du désespoir » ou encore le « Calendrier lagunaire » de Césaire.
Tout au long de la matinée, la musique a accompagné ce moment citoyen avec en ouverture et clôture les chants de la Chorale de Levallois et le son des Gwoka. »
Manuel Allamelou
Previous post

La meilleure baguette française est fabriquée à La Réunion

Next post

Une conférence de Serge Letchimy sur le chlordécone à Nanterre

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *