Société

LA RECONNAISSANCE DES CULTURES AMERINDIENNES ?

AMENDEMENT présenté par

M. Serville, M. Chassaigne, M. Azerot, Mme Bello, M. Marie-Jeanne et M. Nilor

Le Gouvernement remet au Parlement, au plus tard six mois après la promulgation de la présente loi, un rapport sur la création d’un observatoire régional du suicide en Guyane.

EXPOSÉ SOMMAIRE

Le taux de suicide chez les jeunes guyanais est 20 fois supérieur à celui observé chez les jeunes de l’Hexagone. Touchant particulièrement la communauté amérindienne de Guyane, ce phénomène inquiétant, que les politiques publiques de ces 15 dernières années n’ont pas réussi à endiguer, a fait l’objet d’un rapport au Premier Ministre de la sénatrice Aline Archimbaud et de la députée Marie-Anne Chapdelaine.

La création d’un observatoire régional du suicide figure au premier rang de leurs recommandations. En effet, suite à la publication du décret n°2013‑809 du 9 septembre 2013, portant création de l’Observatoire national du suicide, une réflexion a été conduite en Guyane, à l’initiative de l’ARS, du Rectorat, de la CeRMePI et de l’unité INSERM sur l’opportunité de mettre en place un observatoire régional, permettant de réunir enfin des données fiables sur un phénomène qui reste méconnu.

Ce travail n’ayant pas abouti, cet amendement vise à relancer la réflexion autour de l’outil pérenne que serait cet observatoire régional.

Le Gouvernement remet au Parlement, au plus tard six mois après la promulgation de la présente loi, un rapport sur l’opportunité de ratifier la Convention 169 de l’Organisation internationale du Travail.

EXPOSÉ SOMMAIRE

La reconnaissance de l’existence et de la richesse des cultures amérindiennes en Guyane est un préalable à la reconnaissance de leur identité et à la restauration de l’estime de soi de ces populations.

La question de la ratification par la France de la Convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail relative aux peuples indigènes et tribaux reste posée et mérite la poursuite du débat avec tous les acteurs concernés.

Cette convention, qui date de 1989 et qui a été ratifiée par une vingtaine de pays, a pour objectif de protéger les droits des peuples indigènes et de garantir le respect de leur intégrité en reconnaissant notamment leurs spécificités culturelles.

Previous post

LES RICHESSES DE LA GUADELOUPE SONT BRADEES

Next post

Karine Baste Regis présentatrice sur France Info en Septembre

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *