Divers

LA PRINCESSE NAZIE QUI AIMAIT LES NOIRS

Leni Riefenstahl, surnommée «la fiancée d’HITLER» portée à comparaître devant les tribunaux en 1948, sera finalement acquittée. Elle voyagea en Afrique et passera plus de vingt ans à photographier des tribus primitives africaines,  Noubas de Kau du Soudan et Massais. Eperdument éprise de ces peuples en voie de disparition, elle voua un culte à la sculpturale beauté de ces corps noirs et nus.

leni story

En février 1932, l’actrice et danseuse Leni Riefenstahl se rend à un meeting du Parti National-socialiste allemand, où le principal orateur est Adolf Hitler. Selon ses propres aveux, elle est « électrifiée » par ce qu’elle voit et entend.

Le Point du 01/05/2008, nous indique que les Nazis voulaient créer un surhomme, et qu’il n’est pas douteux que cette Walkyrie du Celluloïd se pensa comme une surfemme.

Même si elle a toujours nié avoir eu des relations sexuelles avec le dictateur, elle a été l’invitée de marque de nombreuses soirées.

Elle deviendra la réalisatrice officielle des films de propagande nazie. Le film « Le triomphe de la volonté» est par exemple tout entier consacré à Hitler, leader du peuple, et conduisant des masses immenses et déshumanisées. De même, elle filma les jeux olympiques de 1936 en montrant une carte d’Europe marquée d’une croix gammée. Elle n’avoua jamais s’être fourvoyée, et ne reconnut jamais ses fautes, alors qu’elle a réalisé le film «  TIEFLAND » pour lequel elle a disposé de figurants, – en majorité des ROMS – embauchés de force après avoir été extraits de camps de concentration. En mars 1943, ils sont déportés vers Auschwitz où aucun ne survécut.

Elle n’a jamais prononcé le mot pardon de toute sa vie.

Les observateurs insistent sur sa fascination pour les formes physiques, d’où ses hymnes aux corps minces et noirs des Noubas, nus et maculés de marques religieuses pour la célébration de rites primitifs. Ne célébrait-elle pas d’ailleurs en quelque sorte un ordre belliqueux d’une autre nature  ? Alors, esthète du mal absolu, manipulatrice née ?

Pour les nazis, dans cette violence archaïque, dans le folklore, résidait l’âme du peuple qui dicte la norme. La vérité nazie rejoint celle des peuples primitifs. ( Johann Chapoutot : La loi du sang- Penser et agir en nazi)

Previous post

Publication du rapport de préfiguration de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, de la traite et de leurs abolitions

Next post

Soutien à la famille de Curtis Piquionne

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *