Culture

La nouvelle est là : il faut fermer France Ô !

Chronos, chez nous les grecs, est le Dieu du Temps.
Un dieu primordial qui est uni à la déesse Nécessité.
C’est un dieu sage et barbu qui gère le Temps ou bien qui crée des temporalités différentes.
Dans l’audiovisuel public, par exemple, le Temps n’est pas celui des humains ordinaires.
Demain signifie dans plusieurs semaines ou plusieurs années.
Un directeur célèbre de l’audiovisuel, du temps où les directeurs étaient des Géants, disait « Si on prenait la décision immédiate de fermer Radio France, il faudrait trois ans pour s’en apercevoir… ».
Dans le Royaume déglingué de France Télévisions, le Temps n’a aucune importance.
La nouvelle est là : il faut fermer France Ô !
Puis Chronos arrive et tout se dilue.
D’abord la ministricule des outremers qui utilise les mêmes mots en leur donnant une signification différente.
Les salariés de France Télévisions qui veulent sauver France Ô, militent pour secourir un ensemble : une cantine, des salles de montage, une rédaction, un journal, une antenne.
Mais la petite ministre comprend autre chose : elle veut « préserver France Ô », la morale de représentation des outremers.
Elle veut des espaces garantis sur les chaînes nationales de France 2 ET France 3 et des quotas d’ultramarins dans les rédactions nationales de France Télévisions.

Les élus d’outremer ne disent pas autre chose.

Même Zeus s’y est mis. Au cours du dîner des outremers à l’Elysée, le président a avoué s’être trompé dans sa promesse de campagne et voir la réalité sous un angle plus objectif.
« La représentation des outremers ne doit pas être une variable d’ajustement dans l’audiovisuel public et elle a toute sa place sur les antennes nationales »… Mais pas France Ô !

Tout le monde est conscient que France Ô ne sert à rien en tant que chaîne de la TNT. L’expertise des journalistes ? Une blague !

Il y a quelques jours, parce que l’Europe remettait en question des aides financières, le POSEI, à l’agriculture des outremers, des délégations techniques et politiques sont parties à Bruxelles, rejoint par des espagnols et des portugais.
Des centaines de personnes ont discuté gravement de l’avenir des jeunes agriculteurs, de la banane, de la canne à sucre, de l’avenir des îles.
La presse était là mais pas l’audiovisuel public : il y avait une chaîne privée guadeloupéenne, une chaîne privée antillaise, des radios privées ultramarines mais personne de France Ô pour un débat qui a duré trois jours à Bruxelles avec un commissaire européen qui a donné une issue heureuse !
Un dossier crucial qui n’a été traité que par la radio publique F.Ô par téléphone ! Alors l’expertise ?
Mais pas au mois de juin sans doute.
Ceci est un exemple mais que dire du lendemain ?
Le nombril parfumé, la chemise repassée, le sémillant directeur de l’Information des outremers a tenu à faire un discours devant ses maigres troupes.
Dès le mois de septembre, le Journal des outremers sera diffusé à 17h 30 dans le cadre d’une grande émission de divertissement présentée par un de ses anciens amis très, très, proches.
Une émission qui ressemble fortement à l’Exposition coloniale.
Celle-là même où on mit des Kanaks, des noirs d’Afrique, dans des cages pour que les blancs puissent les regarder avec curiosité.
Là, de façon plus insidieuse mais toute aussi exécrable : des équipes montreront l’intérieur de familles de la Communauté (traduisez des antillais de Paris, pas des ultramarins) et ils donneront leur avis sur l’actualité en cours ! Wouafff !! comme on dit en grec !
Le sémillant directeur qui annonce également le sourire du parvenu aux lèvres, qu’il remplacera en personne le chef de Service Politique pour aller faire une interview d’Emmanuel Macron , Président de la République, à l’occasion de la restitution des Assises de l’Outremer…
Ah le Rêve du Directeur : dès que France Ô aura disparu, rejoindre un Palais aux canapés profonds et promotionnels !
Donc, parfumé et repassé, faire du gringue au Président ! ça, c’est du métier de directeur de l’Info !
Mais Raté, Zeus n’a pas un regard pour Dirlo-le-Beau et a des rendez-vous à Bruxelles… Pas le temps pour une palinodie de dernière minute sur les outremers avec un mannequin.
Bon en théorie, il reste trois mois à tirer : en décembre, la Reine Folle et froide aura connaissance de son budget pour 2019. Budget que Bercy retient en pouffant de rire.

Et là, on saura dans quel temps s’inscrit France Ô !

Il sera plus long que prévu certainement : informer l’Etat que l’on ampute le Contrat d’Objectifs et de Moyens, informer le CSA et dire pourquoi France Télévisions abandonne une mission et une fréquence…
Cela ne se fait pas en quelques mois…
Pendant ce temps- là, les choses vont de leur rythme habituel : un directeur au nom d’insecte stridulant, nouvellement nommé, remplit une mission d’urgence : agrandir et refaire son luxueux bureau tout en commandant un nouveau véhicule de fonction puis peut-être pourra-t-il prendre connaissance du champ de ruines de l’audiovisuel public d’outremer à Paris, avant de remplacer, comme c’est prévu à terme, le Mamamouchi Kanak.
Normal c’est un ami de la Reine de Pique.
En regardant les gestes théâtraux, et quasi footballistiques, des salariés de France Ô pour sauver leur accès à la cantine, je remarquais qu’aucune station de télévision de radio, d’internet, des outremers, aucun journaliste, aucun animateur, aucun syndicat, aucun comité d’établissement, aucune collectivité territoriale, n’avait manifesté un quelconque soutien à la chaîne France Ô…
Sans doute que dans ces temps, dans ces temporalités, différents, on sait reconnaître la véracité des choses.

 

Previous post

Dernière minute : Les congés bonifiés tous les 2 ans

Next post

MACHO TROPICAL, ES-TU LA SEULE DENREE EXCEDENTAIRE DE CUBA ?

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *