Divers

La ministre en salopette. Oui, et alors ???

Les commentaires désobligeants sur la tenue de la ministre des Outremer sont un parfait exemple de sexisme ordinaire.

Un ministre homme, on le critique pour ce qu’il dit, ce qu’il fait ou qu’il ne fait pas. On trouvera son costume bien ou mal ajusté, une toilette décontractée prouvant sa proximité avec le peuple ou de tendance Poujadiste. Mais quand ce ministre est une femme, le quotidien vestimentaire est scruté, jugé.

Recevant les parlementaires martiniquais Catherine Conconne, Josette Manin, Maurice Antiste et Serge Letchimy pour une réunion de travail, Annick Girardin avec sa salopette et ses espadrilles, et en publiant cette photo sur Facebook ne pensait pas être critiquée. Mais comme elle est une femme, elle se devait certainement d’être en tailleur de grand couturier.

Voici donc sa journée de travail réduite à cette image de négligence supposée. Et chacun estimera normal qu’elle se précipite le soir à son domicile préparer le dîner pour sa famille ou qu’elle devine à la vue de sa progéniture les soins à leur prodiguer.

Annick Girardin doit être blâmée (ou encensée) pour sa politique : pas pour ses origines ou sa garde-robe. Que chacun fasse son auto-critique.

 

Previous post

Seigneur, pourquoi m'as-tu fait Noir ?

Next post

Jean-Philippe Aka Boussou, premier directeur artistique de PooL Art Fair

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *