Société

La Fondation esclavage et Reconciliation prend forme

La journée du 23 mai, journée en mémoire des victimes de l’esclavage colonial en France hexagonale,  a été marquée par le lancement officiel de la Fondation Esclavage et Reconciliation. Extraits du discours de Serge Romana à l’occasion de la conférence de presse, prélude aux différentes manifestations à Sarcelles, Creil, Grigny et Saint-Denis.

… Nos sociétés sont nées dans l’inhumanité de l’esclavage colonial, dans des blessures et des haines innommables. A l’origine, nos ascendants furent à des places antagoniques dans cette histoire-là.

Ces divisions, ces blessures et ces haines congénitales ne furent jamais traitées, ni par les descendants d’esclaves pour lesquels cette origine était honteuse, ni par les descendants de colons qui n’étaient pas les mieux placés pour le faire, ni par les descendants d’engagés indiens… et encore moins par la République Française qui fit débuter l’histoire de nos sociétés en 1848. C’est pourquoi ces folies habitent et animent encore aujourd’hui le monde antillais et elles continuent à être la matrice de sens de nombreux conflits sociaux ou individuels qui y surviennent… Ainsi aujourd’hui, la mémoire des Premiers temps reste encore trop conflictuelle et place toujours, dans certaines situations, les uns et les autres à la position que leurs ancêtres occupaient du temps de l’esclavage. Dans une telle situation, il est impossible de partager et construire ensemble un quelconque projet sociétal…

C’est avec la force de cette mémoire régénérée, celle d’être les descendants d’hommes et de femmes identifiées, survivants d’un crime contre l’humanité que le CM98 appela le 23 mai 2013, à la réconciliation des différents protagonistes de cette histoire… Réconciliation dans 4 directions : Réconciliation des descendants avec leurs aïeux, Réconciliation avec les descendants des colons, Réconciliation avec l’Afrique accusée d’avoir vendu ses enfants et enfin Réconciliation avec la République qui restât coloniale encore au 20è siècle.

C’est cet appel qu’ont entendu les membres fondateurs de la fondation esclavage et Reconciliation. La réconciliation est pour nous un objectif et une posture que chacun des membres de la fondation adopte a priori… Elle est un chemin que nous avons décidé d’arpenter ensemble et nous invitons un maximum de compatriotes de nos sociétés post-esclavagistes à le choisir librement…

La fondation s’attachera particulièrement :

1 à accompagner les initiatives généalogiques, éducatives et culturelles qui garantissent le travail mémorial lié à l’esclavage…

2 à amplifier les travaux historiques, anthropologiques, culturels et cinématographiques traitant de l’esclavage colonial et des sociétés pots-esclavagistes

3 à promouvoir un tourisme mémoriel entre les DOM, l’hexagone et l’Afrique en accompagnant les initiatives visant à réhabiliter le sites de mémoire

La Fondation Esclavage et Réconciliation se positionne comme partenaire avec celle que souhaite créer le Président de la République… En particulier, (elle) entend participer au projet de « Mémorial Nationale des victimes de l’esclavage » projet introduit par le Président de la République dans son discours du 10 mai 2016.

Nous sommes conscients que cette Fondation ouvre une nouvelle ère en Guadeloupe et en Martinique qui est salutaire pour l’avenir de ces pays. Nous sommes déterminés.

Pr Serge  Romana

Président de la Fondation Esclavage et RéconciliationIMG_0022

Previous post

Le CRAN réclame des poursuites judiciaires à Mayotte

Next post

Une réunionnaise a monté les marches à Cannes

Joël DIN

Joël DIN

1 Comment

  1. Mélanie
    mai 25, 2016 at 05:20 — Répondre

    De ces départements et non  » pays » car nous sommes FRANCAIS . Dommage que ce sont les afrocentriques ( africains) pour la plupart qui s’en mêlent , toujours entrain de dénigrer les ultramarins car ils se disent Francais, comme si c’était un crime . Ce qui équivalerait â un Noir Américain qui n’a pas le droit de dire qu’il est Américain . Toujours entrain de nous rappeler que nous sommes issus de viols . Mais ces africains ne voient jamais ce qui se passe devant leur porte . Ce phénomène afrocentrique est entrain de corrompre des pauvres Francais dont les arrieres parents ont subit l’esclavage . C’est devenu une secte , c’est du prosélytisme qui entraine la haine de l’autre et non un terrain pour la cohésion sociale .

    L’ESCLAVE FAIT PARTIE DE L’ HISTOIRE FRANCAISE . Arrétons de dire que c’est un probleme ultramarin.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *