Divers

La course des héros

Dimanche 21 juin se tenait au parc de Saint Cloud l’un des plus grands événements caritatifs de France. Nous y avons rencontré Melina Kindeur d’origine guadeloupéenne après sa course.

Courir ou marcher au profit d’une cause. Unique, entièrement dédiée aux associations cette manifestation permet de lever des fonds. Plus de 8 millions d’euros ont ainsi été récoltés.

Petits et grands au départ

Petits et grands au départ

Quel était ton défi physique ?

J’ai choisi le 6 km; je ne suis pas spécialement sportive, je me suis lancée dans les courses récemment. Le parc c’est particulier avec les montées et les descentes. Mais quand on voit des personnes qui courent aux cotés d’autres en fauteuil roulant tu te dis que tu peux le faire. Franchement ca va bien.

Parle-nous maintenant de ton défi caritatif ?

La course des héros est au profit d’une cause. J’ai choisi l’association chrétienne SEL, Service d’Entraide et de Liaison qui participe à des projets de développement pour améliorer les conditions de vie en Afrique ou en Haïti par exemple.

Comment t’es-tu retrouvée dans ce projet ? Cela a-t-il un rapport avec ta profession ?

Non pas du tout. J’ai fini mes études de droit et je passe des concours dans la fonction publique. En fait, il fallait d’abord s’inscrire sur internet et payer 15 € de droits d’inscription. Pour valider sa participation à la course, il était nécessaire de collecter un minimum de 250 euros de dons. J’en profite pour remercier tous ceux qui ont cru en moi et qui m’ont financé.

Quels sont tes objectifs maintenant ?

Je souhaite poursuivre les courses et continuer à récolter des fonds si possible. Et j’invite bien sur tous les compatriotes à s’investir dans ce projet. Plus de 200 associations dans des domaines divers ont besoin de votre aide.

 

Courses des héros 3

Parmi les associations, la CAMI Sport et Cancer 1ère fédération Nationale à développer et organiser l’accompagnement sportif en cancérologie. Jean Marc Descotes le co-fondateur avec le docteur Thierry Bouillet, Oncologue au CHU Avicenne explique que les cours sont gratuits après l’adhésion au montant volontairement modéré : « 80 % des gens qui viennent à la CAMI ne faisaient plus de sport depuis au moins 15 ans. La porte d’entrée c’est la maladie. Notre mission est de les accompagner dans la pratique physique et sportive quels que soient leur pathologie. Ensuite on s’assure qu’ils vont poursuivre. Cela change leur rapport avec leur corps ».

Previous post

LES ESPADRILLES TINAS

Next post

les enseignants martiniquais se mobilisent

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *