Culture

Kanoas : une traversée identitaire

Pour sa deuxième édition, le Festival Kanoas accueillant les expressions artistiques de la Caraïbe qui mettent en jeu le rythme, la forme, le corps, la danse, proposait à Vitry sur Seine et à Paris une programmation mêlant, contes, danses, lectures et théâtre.

kanoas-3

De Mariann Mathéus emportant les premiers spectateurs de l’Afrique vers les Caraïbes à Greg Germain clôturant la manifestation dans un parcours littéraire, le point commun à toutes ses représentations : le partage entre les artistes et leur public.

Le passé dans O’Karenaj, quartier de l’ancienne usine Darboussier en Guadeloupe dévolu depuis peu au Mémorial Acte s’estompe mais semble si vivant dans la gestuelle de la chorégraphe Agnès Dru où le bèlè se met au service du hip hop et de la danse contemporaine.

kanoas-4

Des personnages aux vies complexes s’animent dans Rosanie Soleil d’Ina Césaire, le Malentendu de Julius Amédée Laou ou encore Trames de Gerty Dambury où le spectateur croise des femmes et des hommes en quête d’un avenir meilleur. Et la parole caribéenne, explorée dans « Mots pour maux » de Philippe Cantinol permet au « Lézard vert » cubain de découvrir sa musicalité.

kanoas-5

Kanoas 2 est mort, place donc à Kanoas 3 en 2017 avec cette fois une mobilisation massive de la communauté si prompte à s’offusquer du manque de visibilité de nos artistes, mais étrangement silencieuse quand ces « forçats de la culture » s’exposent.

Previous post

DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS ENTRE LA LOUISIANE ET LA GUADELOUPE

Next post

Amélie plongeur nous laisse une belle histoire d'amour...

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *