Société

« Journée internationale des Droits des Femmes »

Journée Femme 2

De nombreuses manifestations ont été organisées pour célébrer la « Journée Internationale des Droits des Femmes » qui a lieu, chaque année, le 8 mars. La ministre des Outre-mer, George PAU-LANGEVIN, n’a pas failli à cette règle. Vendredi 6 mars, était organisée, au sein de son ministère, une rencontre avec des personnalités féminines des outre-mer. Un débat en deux temps, animé par Sébastien FOLIN et mis en musique par la talentueuse chanteuse Lycinaïs JEAN.

Accueilli par les toiles des artistes peintres Raphaëlle GOINEAU (Saint-Pierre-et-Miquelon), Aïna SALIM (Mayotte) et Pascale TAURUA (Nouvelle-Calédonie et Polynésie française) le public avait répondu nombreux à l’invitation de la ministre. La première partie des débats était consacrée aux femmes chefs d’entreprises avec : Carla BALTUS (Mayotte), première femme mahoraise chauffeur de poids-lourds, aujourd’hui à la tête d’une entreprise de transports ; Shirley BILLOT (Martinique), présidente de KADALYS ; Nouriaty CHIHABIDINE (Mayotte), présidente de l’association « Entreprendre au féminin », co-gérante de l’Ecole supérieure de commerce et de gestion de Mayotte ; Yveline LEE (La Réunion), traiteur et Aïho VAITE (Polynésie française), à la tête d’une ferme perlière et créatrice de bijoux.

Ces femmes ont tenu à rappeler les chemins parfois chaotiques qu’elles avaient dû emprunter pour réussir, mais aussi à dire aux jeunes femmes qu’il fallait regarder vers le marché international et ne plus considérer la France métropolitaine comme la seule voie pour leurs projets. Enfin, elles ont voulu souligner que s’il leur était aujourd’hui facile de concilier leur vie professionnelle et leur vie familiale, elles le devaient en grande partie à l’homme qui partageait leur vie.

Dans la deuxième partie de débat, outre Anna-Bella FAILLOUX (Polynésie française), chercheuse à l’Institut Pasteur, experte en moustique,  ce sont des femmes artistes ou sportives qui avaient la parole : Muriel HURTIS (Guadeloupe), championne du monde de relais, médaille d’or 4×400 mètres, aujourd’hui en reconversion en qualité de psychomotricienne ; France ZOBDA (Martinique), actrice, productrice ; Souria ADELE (Martinique), comédienne, fondatrice du collectif «Pour le Créole au Bac dans l’Hexagone » et Suzy PALATIN (Guadeloupe), ex-mannequin, écrivain, créatrice d’une gamme de plats cuisinés.

Etait alors évoquée la difficulté d’être une femme, noire, dans un milieu où il n’y a pas de places prévues pour la femme noire. Très vite ces femmes ont compris qu’il leur fallait créer leur propre place. Souria ADELE, par exemple, a monté sa pièce « Marie-Thérèse Barnabé, négresse de France », France ZOBDA, avec sa société « ELOA Prod »  a produit la mini-série « Toussaint Louverture » ou encore le film « Fais danser la poussière » de Christian FAURE. Muriel HURTIS, après avoir compris l’isolement que peut provoquer la venue en France hexagonale d’un athlète ultramarin, coupé de sa famille, confronté à un choc culturel, mais aussi climatique, a pour projet de créer une structure qui prendra en charge les jeunes athlètes originaires des outre-mer afin de les accompagner au mieux durant leur carrière. Enfin, Anna-Bella FAILLOUX, elle, souhaite renforcer les liens qui existent entre les différents instituts Pasteur de la Guadeloupe, de la Guyane et de la Nouvelle-Calédonie et l’Institut parisien pour faire avancer les recherches sur les maladies transmises à l’homme par les moustiques.

A l’issue des débats et des échanges avec la salle, Madame la ministre des Outre-mer clôturait cette « Journée internationale des Droits des Femmes » en espérant que ces parcours de femmes exceptionnelles auront pu en inspirer d’autres.

Previous post

Rencontre des Collectivités de Guyane et de Martinique

Next post

BÉNÉVOLES AU GRAND COEUR ET AU BEAU SOURIRE

Lydia PONCHATEAU

Lydia PONCHATEAU

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *