Culture

Joseph Zobel, le photographe

C’est au musée du Colombier à Alès, dans le Gard, que l’on pouvait découvrir les photographies oubliées de Joseph Zobel dans le cadre du festival Itinérances.

Joseph Zobel, à sa retraite, s’installe en 1974 à Générargues, séduit par la lumière du lieu « Elle rappelle le sud de la Martinique, la mer en moins. Et les gens aussi, avec leur manière d’adresser bonnement la parole -comme à la Martinique- à qui leur paraîtrait en danger d’être contaminé par l’indifférence. »

Après le décès de l’auteur de Rue Cases Negres en 2006, Charlotte Zobel, sa petite-fille également photographe, hérite d’une boîte des tirages et des diapositives, prises par son grand-père, de son arrivée en région parisienne après la 2nde Guerre mondiale aux années 70. Grace à son appareil Semflex, on découvre Joseph Zobel, son épouse, ses enfants, de voisins, les élèves de l’école où il enseignait…

Portraitiste, on sent que Zobel a pris le temps devant chaque modèle, faisant ressortir toute leur humanité. « Je ne connais rien de plus beau et de plus réjouissant que le regard plein de bonté d’une personne que je rencontre pour la première fois », disait-il.

Previous post

Conférence : Trois figures méconnues de la Révolution

Next post

La fermeture des établissements scolaires à Petit-Bourg

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *