Société

JOBBY VALENTE : NOUS SOMMES DES RESISTANTS

Comme chaque 10 mai, Jobby Valente fidèle à sa promesse se rend Place de la Nation . Quel combat mène-t-elle ?

IMG_0336

Beaucoup de gens ne savent pas que nous sommes à l’origine de la loi de la traite négrière crime contre l’humanité. C’est à la mairie du XX ème que Assani Fassasi a prononcé un discours devant une table scandalisée mais salué par une standing ovation du public. C’est là que Taubira a réalisé que le peuple était prêt et qu’elle a commencé à coopérer puis a proposé la loi soutenue par beaucoup d’associations. Par contre, Taubira a négocié par la suite et a enlevé le mot réparation et depuis chaque année nous manifestons le 10 mai à la Place de la Nation. Nous sommes des résistants. Dans les autres manifestations, sauf certaines, ce sont des officiels qui nous invitent avec carte d’entrée et il y a des élus contents de leur sort qui suivent cette ligne. Ici, le COFFAD, FETAF, MNH, SHOMARI et la brigade ANTINEGROPHOBIE se réunissent et disent : Brisons les chaînes.

Le discours que l’on entend c’est que des nègres ont vendu des nègres. Or, les français ont vendu des français, ça s’est passé dans tous les pays du monde. Quand cela arrive, c’est qu’il y a eu une faille. Si quelqu’un entre chez vous, c’est qu’un membre de la famille a entrouvert la porte. Pourtant cette personne est illégalement chez vous.

Aujourd’hui sur scène j’ai parlé des évènements et de la réflexion de notre ministre par rapport  à Joëlle Ursulle comme quoi les africains étaient venus travailler gratuitement :  c’est impossible d’entendre des choses comme ça ! Je suis là pour dire : Honneur et Respect pour nos ancêtres ! Sans animosité pour les autres, c’est au contraire une déclaration d’amour.

Il faut des réparations morales, psychologiques, spirituelles et physiques. Je ne suis pas fâchée contre ceux qui essaient de ne pas payer c’est humain mais contre les nôtres qui se disent intellectuels, se satisfont de simples déclarations et sont les premiers à se comporter sans dignité.

LA QUESTION DE L’INDEMNISATION

Le COFFAD a créé un comité d’experts chargé d’étudier avec les Etats occidentaux concernés les modalités pour indemniser et réparer financièrement et symboliquement les graves préjudices que subissent les Africaines et les Africains, de même que leurs Descendants de la Diaspora.

Ainsi, le montant de l’indemnisation financière, symbolique et individuelle proposé à ce jour est de 500 € constants en rente viagère par individu âgé de 60 ans révolus, enregistré en France par le COFFAD ou par individu qui s’adressera, à ce titre aux chancelleries occidentales mandatées sur le sol africain et ailleurs dans le monde. Les  modalités de régularisation et de contrôle de cette opération de réparation seront précisées et détaillées en temps opportun et d’un commun accord entre le COFFAD et une Commission de parlementaires français ad hoc.

Previous post

CHAMPIONNAT ANTILLES-GUYANE TENNIS DE TABLE

Next post

Le baron Seilliere assigné par le CRAN

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *