Société

Jesse Jackson : Ayez confiance en vous ! Croyez en vos capacités !

Originaire de Caroline du Sud, Jesse Jackson  est un symbole. Disciple de Martin Luther King, candidat aux primaires du  parti démocrate en 1984 et en 1988, il est aussi l’homme en larmes en novembre 2008 devant les caméras de CNN lors de l’investiture de Barack Obama.

Nous l’avons rencontré à Pantin, à l’invitation de Daniel Hierso dans l’atelier Art de Fondre de Ruddy Jean-Jacques, loin des caméras. Et sa rencontre avec des apprentis lui a permis de leur délivrer un message d’encouragement.

Jackson 1

97Land : Hier vous étiez avec le Président, aujourd’hui en banlieue. C’est le grand écart social.

Non je vais là où notre peuple est. Il y a un temps pour commémorer et un autre pour aller de l’avant. Hier j’ai dit que nous devions être aussi employeurs. Je suis venu comprendre les attentes et les défis à relever d’un chef d’entreprise. Cet homme courageux vient de banlieue et poursuit le travail dans les quartiers difficiles, c’est une façon de se mettre au service  des autres. Je suis très heureux de voir des jeunes originaires de différents continents autour du patron et une bonne harmonie entre eux.

97Land : Pensez-vous que les français noirs aient les mêmes difficultés que les noirs américains ?

Exactement les mêmes parce que nous sommes des descendants d’esclaves. Nous n’avons pas eu accès à l’égalité des chances, au capital, au monde industriel, aux réseaux. Donc on se bat au sein de la société et quelque part on doit être deux fois meilleur que les autres. Mais on voit ici un centre d’excellence. C’est l’excellence au centre du rejet. De réussir aussi bien c’est finalement un signe de la vigueur de l’esprit humain.

Jackson 2
97Land : Vous teniez aussi à rencontrer des étudiants. Pourquoi ?

J’avais déjà rencontré la jeunesse en Guadeloupe et en Martinique. J’ai pensé que c’était une excellente idée d’aller vers ceux qui habitent ici. Vous savez : pour se connaître, il faut se fréquenter. Dire que les cousins d’Amérique vous regardent aussi. Et le rôle des ainés est d’inculquer à la jeunesse sa foi en elle. Les jeunes doivent croire en eux : rêver, aller de l’avant. Personne ne le fera à leur place.

Ayez confiance en vous ! Croyez en vos capacités ! C’est le message que je veux transmettre.

97Land : A quoi pensiez-vous au soir de l’investiture d’Obama quand des larmes coulent sur votre visage ?

Ah ça a été une victoire importante ! J’ai tout d’abord pleuré à cause de cette émotion de la victoire mais je me suis souvenu aussi de tous les obstacles rencontrés avant d’y arriver. Donc des larmes de joie mêlées à de la tristesse, ou plutôt de la peine par rapport à toutes ces souffrances.

La lutte a été longue, certains ont été blessés, d’autres ont perdu la vie dans ce combat et j’ai vraiment pensé à ce qu’auraient pensé ceux qui ont disparus s’ils avaient pu y assister : Martin Luther King bien sur et ce sinistre jour à Memphis (son assassinat), Marcus Garvey une autre époque, tous ces autres compagnons de lutte qui n’étaient plus là pour voir la victoire. Ils avaient tous le même rêve. Et cela explique ces larmes qui marquent un jalon dans l’histoire mais la lutte continue. Et cette bataille se poursuit ici aussi pour un monde plus juste afin que les hommes soient enfin frères.

Jackson 4

Previous post

AMBITION GUADELOUPE : En toute solidarité avec le BTP et le peuple guadeloupéen

Next post

Fondation sur l'esclavage : Quand François Hollande rajoute de la confusion à la confusion…

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *