Divers

JE NE SUIS PAS UNE FEMME POTOMITAN, JE SUIS UNE BOSS LADY

Depuis un an le blog, “Caribbean Boss Lady”, d’Axelle Kaulanjan s’adresse aux femmes caribéennes qui veulent dépasser la condition de “potomitan” pour s’affirmer “boss ladies”.

Axelle Kaulanjan a été professeure de Philosophie. Elle a aussi occupé les postes de directrice de la communication du Ministère du commerce et de l’industrie d’Haïti, et de consultante pour la Banque Inter Américaine de Développement en Haïti. Elle collabore aux colonnes de “Le Progrès Social”, journal guadeloupéen et est aussi co-auteure, avec Mylène Colmar, de l’ouvrage journalistique Abécédaire LKP. Clés analytiques et critiques du mouvement.

« Je déclare qu’il est temps d’en finir avec cette auto-flagellation toute caribéenne de “fanm potomitan”, c’est-à-dire de femme qui assume tout, toute seule dans le foyer, dans la vie professionnelle, partout à vrai dire, et en tire un certain satisfecit martyrisant socialement construit par des hommes et que nous avons intégré, sans pour autant que cela ne nous grandisse ni ne nous valorise.
Ce blog s’adresse non seulement à toutes ces femmes caribéennes qui font le job à tous les niveaux, et méritent donc notre respect, mais aussi à tous ceux qui veulent comprendre ce que c’est vraiment qu’être une “boss lady” dans la Caraïbe ».

Boss Lady ? C’est un terme de plus en plus utilisé sur la toile pour désigner la femme en position de leadership, qui inspire, qui fait le job, qui n’abandonne jamais, qui a toujours le contrôle et qui sait ce qu’elle fait. Une femme qui déploie des stratégies construites afin d’atteindre des buts professionnels. Une femme qui sait aussi être une source d’inspiration pour les autres femmes, en partageant son expérience et ses conseils, de façon bienveillante. Une femme qui mérite le respect et qui inspire le respect à ses semblables. Et, par-dessus tout, une femme qui assume son leadership et ne s’en excuse pas.

Voilà donc une définition très positive que je préfère à la “potomitan”, car elle véhicule en elle une certaine idée de progrès, très dynamique et puissante, alors même que sociologiquement et historiquement “potomitan” nous renvoie à tant de faiblesses, de compromissions, d’errance sociale et sentimentale, de dépendance au statut de mère-seule-qui-assure-tout-toute-seule…

La suite : http://caribbeanbosslady.com/je-ne-suis-pas-une-femme-potomitan-je-suis-une-boss-lady-3.html?utm_content=bufferb4be9&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

Previous post

Aucune considération pour le Football Antillais...

Next post

Les athlètes antillais en stage à l'Insep et au CDFAS

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *