Société

INTERDIT AUX GUADELOUPEENS

Interdiction de vivre ! Interdiction de boire, de manger, d’être citoyen, de vivre dans une commune bien gérée, de se déplacer, de pouvoir jeter ses déchets.

Car, le recyclage est une vaste blague en Guadeloupe. Mû par une incroyable naïveté, je demande au livreur de ma machine à laver pourquoi il ne récupère pas mon électro-ménager hors service. Il parait stupéfait et secoue la tête. « Il dit non avec la tête, il dit oui avec le cœur ».

Depuis 2006, lors de l’achat d’un nouvel appareil électroménager, les enseignes sont tenues de reprendre gratuitement l’ancien ( appelé DEEE « Déchet d’équipement ou électronique »). Il s’agit de l’obligation dite du « un pour un » qui vise à améliorer le recyclage.

Mais en Guadeloupe, les entreprises bafouent la loi ouvertement et allégrement. Si la reprise des DEEE n’est pas prise en compte par le distributeur, le consommateur n’a d’autre choix que de recourir aux encombrants de sa collectivité locale ou d’aller à sa déchetterie, alors même qu’il s’acquitte d’une éco-participation lors de l’achat contribuant normalement à son futur recyclage.

Interdiction aux guadeloupéens de faire reprendre leurs machines à laver ! Elles polluent le territoire, les ravines, les forêts, les plages, et nos consciences, mais qu’importe ?

Mais si les plages, derniers refuges, étaient également interdites aux guadeloupéens ?

Baignade interdite à cause des rejets, des pollutions, des stations d’épuration non conformes, des matières fécales, des pesticides ou matières organiques issus de l’agriculture, de nos incivilités, du réchauffement climatique, de la montée des eaux, des chiens tenus ou non en laisse, de Bolsonaro et des sargasses, des campeurs lors des fêtes de Pâques.

A cela s’ajoutent la pollution des paquebots qui déversent des substances nocives, et qui sont pris d’assaut par des milliers d’antillais, comme si celle des navires marchands ne suffisait pas.
94 paquebots émettent dix fois plus de dioxyde de soufre que 260 millions de voiture. La pollution liée au transport maritime serait responsable de 60 000 décès par an en Europe par exemple.

Alors, baignade interdite aux Guadeloupéens, même tenus en laisse ?

Previous post

Le guyanais Edenz Maurice prix Louis Cros 2019

Next post

Le gouvernement supprime les congės bonifiés

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *