Société

ÎLE DE LA RÉUNION : UN DÉBRIS ET PUIS S’EN VA

Francois Gillet publie un article très intéressant sur le comportement des journalistes internationaux à la Réunion dans l’affaire du débris du MH370. Consultez ici des extraits et à lire dans son intégralité sur le site www.bakchich.info

Quand Johnny Bègue, employé communal, découvre le 29 juillet dernier, un volumineux objet métallique sur la plage de galets de Saint-André, … il ne se doute pas qu’il va provoquer, une tempête médiatique. Sitôt les autorités prévenues, la presse locale fait part de la découverte. Et immédiatement, l’hypothèse que le débris métallique provienne du Boeing 777 de la Malaysia Airlines mystérieusement disparu en mars 2014 dans l’Océan Indien, le fameux vol MH370, est présentée comme une certitude.

… Bientôt, la frénésie s’empare de La Réunion : la plage de Saint-André, est envahie de « chercheurs de trésor », en quête de tout ce qui pourrait provenir de l’épave du Boeing. On découvre des bouteilles avec des inscriptions en malaisien, et d’autres objets métalliques, pieusement recueillis et remis à la gendarmerie.

La radio la plus écoutée de l’île, Freedom, passe en continu les commentaires des auditeurs, et relaie les rumeurs les plus folles… Pour arranger les choses, des journalistes du monde entier débarquent sur l’île. On parle de La Réunion dans les médias américains, français, suisses, canadiens.

Une version sensationnaliste de l'éruption du Piton de la Fournaise pour faire le buzz

Une version sensationnaliste de l’éruption du Piton de la Fournaise pour faire le buzz

 « Le point positif, c’est qu’on parlait de La Réunion. L’IRT (Île de La Réunion tourisme) s’est précipitée sur l’affaireraconte Franck Cellier, rédacteur au Quotidien de la Réunion, et a dit aux journalistes, en substance « Il y a autre chose à voir à La Réunion. Tenez, en ce moment il y a une éruption volcanique. On va vous emmener sur place ». L’IRT a affrété un bus et emmené les journalistes jusqu’au volcan. Mais une rumeur se propageait qu’on aurait retrouvé un hublot sur la plage. Et là, tous les mecs se sont barrés pour aller voir ».

…Des journaux anglo-saxons affirment en Une qu’à cause de l’éruption, l’île sera évacuée, et qu’on ne pourra pas analyser les objets trouvés sur place. Information fausse évidemment : le volcan est situé dans un vaste enclos, loin de toute habitation et ne menace en rien les quelque 800 000 habitants de La Réunion… Mais le scoop se fait viral, et est repris en boucle, notamment sur Internet…

…Deux mois plus tard, l’île a retrouvé le calme en cette fin d’hiver australAujourd’hui, c’est retombé… Au début, beaucoup de gens se sont dit  : On va enfin parler positivement de La Réunion. Et tout de suite, ça a été l’effet loupe, avec des médias sensationnalistes. 

D’ailleurs, pour la plupart des Réunionnais comme Sébastien Hoarau, Saint-Pierrois : « C’est sûr, on a parlé de La Réunion autrement que pour les attaques de requins. Mais est-ce que pour autant les gens seront capables de situer La Réunion sur une carte ? Je ne crois pas ».

Oui, La Réunion a été, pour un temps, le centre du monde. Mais maintenant que le flaperon a été identifié avec certitude comme venant du Boeing 777 de la Malaysia Airlines perdu en mer, l’île retrouve son ronronnement habituel.

Les journalistes locaux confirment :« C’est vrai que pendant un mois, ça a été la folie. On a tous été sollicités par les médias du monde entier ». « J’ai été interviewé par un type de Pékin, confie Franck Cellier, on n’a pas arrêté de recevoir des appels de la terre entière ».

Comme les cyclones qui frappent régulièrement La Réunion, l’ouragan médiatique a été bref, mais intense.

 

Previous post

ARTE : Guadeloupe, le meilleur rhum du monde ?

Next post

L'ARBRE MIRACLE POUSSE CHEZ NOUS

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *