Musique

Hommage : Roland Pierre Charles était fier d’être Nègre

Des extraits d’un hommage de Louis Carl Saint Jean, écrivain haïtien basé à New York à Roland Pierre Charles.

Je viens de perdre un très bon ami. Haiti vient de perdre un ami sincère. La Martinique a perdu un fils authentique. L’accordéoniste et pianiste martiniquais Roland Pierre-Charles n’est plus. Notre frère est décédé le vendredi 25 octobre à Paris. Il avait 71 ans…

@Veillėe à l’hôtel Paris Lafayette

C’est le 12 octobre dernier qu’on s’est parlé pour la dernière fois, Roland et moi. Il m’avait appelé pour me donner le numéro de téléphone d’un batteur… Deux jours plus tard, lorsque je l’ai appelé pour avoir de ses nouvelles, il n’a pas répondu. Quelques minutes plus tard, il m’a envoyé ce message via WhatsApp : « Je te rappelle plus tard. » Et il ne l’a jamais fait… Ce n’était pas la volonté de Dieu !

Roland Pierre-Charles aimait beaucoup Haïti. Et je ne vais nullement exagérer si je dis qu’il connaissait l’histoire et la culture de notre pays mieux que beaucoup d’Haïtiens du même âge que lui et même un peu plus âgés que lui. Contrairement à beaucoup de nos concitoyens — parmi eux, peut-être également beaucoup de dirigeants haut placés -, il connaissait par cœur les cinq couplets de « La Dessalinienne », l’hymne national de la République d’Haïti.

Roland a fait ses débuts très tôt dans la musique. Webert Sicot, le génial saxophoniste, est le premier musicien haïtien qui l’a influencé. Puis, il a été épaté par le talent des accordéonistes Eddy Prophète et Richard Duroseau.

À l’arrivée de la première vague des musiciens haitiens à la Martinique au début des années 1960, il commence à s’intéresser davantage à notre musique en général et au compas direct, en particulier. D’abord, il fait du pianiste Félix « Féfé » Guignard, premier maestro de l’Orchestre Tropicana de la Martinique, son idole. Ensuite, Eddy Prophète, le successeur de ce dernier au sein du Tropicana de la Martinique (comme pianiste seulement) deviendra, m’a-t-il toujours avoué, « l’un de mes pianistes et accordéonistes préférés ».

En 1965, Roland Pierre-Charles jouera au sein de l’ensemble Abricot Palace, dont le directeur musical était le grand et inoubliable Michel Desgrottes, un des noms qui sonnent fort dans la musique haitienne…

Dans les années 1970, Roland est membre de L’Opération 78 de Simon Jurad, dont font partie l’excellent tromboniste et musicien Jacques Charmant et Gervais Guirand (Gervais Nerva), l’ancien trompettiste du grand « maestro difficile » le génial Webert Sicot.

Roland connaissait parfaitement l’histoire de la musique haïtienne. Certainement, il avait fait ses premières armes à l’époque d’or du compas direct et de la cadence rampa, qu’il aimait beaucoup. Cependant, en tant qu’homme éduqué, en tant que musicien éduqué, il savait qu’Haïti comptait beaucoup plus d’autres genres musicaux qu’on aurait dû valoriser et exploiter…

@ Tant d’anecdotes au sujet du Nègre Fondamental

Plus d’une fois, Roland Pierre-Charles se lamentait sur le fait que nous avons délaissé les vrais rythmes haïtiens, les valeurs culturelles de notre pays, ce qui a mis notre musique, dont le compas direct également, dans un état de régression, proche d’un « tyouboum » national… C’est que Roland Pierre-Charles, lui, n’était pas un « nègre dégénéré ». Il était plutôt un « nègre fondamental ». Notre immortel héros Jacques Stéphen Alexis aurait vu en notre frère « un enfant de l’avenir.

Bien sûr, il aimait Nemours Jean-Baptiste et Webert Sicot; bien sûr, il aimait et jouait le compas direct et la cadence rampa, mais en homme éduqué, en musicien éduqué, il disait toujours : « Occide Jeanty, Antalcidas Murat, Augustin Bruno, Guy Durosier et Werner Jaegerhuber sont les musiciens haïtiens qu’on aurait dû vraiment honorer » Mais que voulez-vous quand un pays est dirigé par des hommes qui ne connaissent ni son histoire ni sa culture ! Ni sa musique, surtout !

Et que voulez-vous quand ceux qui auraient pu redresser la situation — et parmi eux, de brillants intellectuels et des directeurs d’opinion s’il vous plait ! — sacrifient tout ce qu’il y a noble, de beau et de magnanime dans les valeurs culturelles et musicales haïtiennes au profit de leurs propres « business » musicaux soit à Miami, à New York ou à Port-au-Prince…
Et ceux qui ne connaissent rien de rien de la musique haitienne ont droit de cité! …Et, par contre, ceux qui font des efforts, des recherches sérieuses sont mis à l’index. Et cela, une fois de plus, par des intellectuels ! C’est donc un monde à l’envers ! Et c’est dommage ! C’est franchement dégueulasse, comme aimait dire notre ami défunt !

Roland Pierre-Charles était très apprécié des musiciens haïtiens qui avait fui le pays dans les années 60 pour s’établir à la Martinique. Félix Guignard, Kesnel Hall, Pierre Blain, Emilio Gay, Jacques Michelin, Joseph Prophète, Kébreau Jean et d’autres encore ont toujours salué en ce frère un ami sincère d’Haïti.

@ Les amis musiciens lui ont rendu un vibrant hommage

Roland va beaucoup me manquer. Je prenais plaisir à parler à ce frère bien éduqué et bien poli de la culture haitienne, de celle de la Martinique et surtout celle de Saint Pierre d’où sont originaires ses parents.

Roland était fier d’être Nègre. Il adorait tout ce qui était nègre. Il adorait Haïti  et sa culture, pendant que « les fils dégénérés » du pays ont rendu notre si belle culture à sa plus simple expression. C’est Roland qui, en 2006, m’a envoyé le livre « Les Danses Folkloriques Haitiennes » de Lamartinière Honorat et une vingtaine d’exemplaires du Bulletin du Bureau d’Ehtnologie. Evidemment, il adorait Aimé Césaire, cependant, fol amoureux de l’Ecole indigéniste, il aimait beaucoup Carl Brouard, Jean Brierre et d’autres poètes issus de ce merveilleux mouvement littéraire haïtien.

Je n’oublierai jamais qu’après le séisme du 12 janvier 2010, Roland Pierre-Charles et l’excellent pianiste guadeloupéen Alain Jean-Marie furent les deux premières personnes qui ne sont pas nées en Haïti (Je ne peux pas les appeler « étrangers ») qui, dès le lendemain de cette catastrophe, m’ont appelé pour me présenter des mots de sympathie et de réconfort. Voilà des hommes qui aiment effectivement et sincèrement notre chère Haïti.

Par la mort de Roland Pierre-Charles, la Martinique a perdu un fils authentique et Haïti un ami sincère. Puisse Dieu avoir pitié de cet admirable artiste et l’accueillir favorablement dans son ciel de gloire et de félicité.

C’était plus qu’ami, Roland ! On était frères ! Tu vas me manquer cruellement ! Paix à ton âme, Roland !

Louis Carl Saint Jean


La cérémonie religieuse en l’honneur de Roland Pierre-Charles aura lieu ce Jeudi 31 Octobre 2019 à 14h30 en l’église du Saint Esprit 186 avenue Daumesnil, Paris 12ème.

Previous post

Disparition de la chanteuse Josy Masse

Next post

Olivette Otele nommée professeure d'histoire noire à Bristol

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *