Culture

HOMMAGE À ALAIN YACOU

La  Région  Guadeloupe  rend  hommage  à  un  historien  guadeloupéen, pilier de la formation en langue espagnole

La  Région  Guadeloupe  a  à  cœur d’œuvrer  en  faveur  de  la  reconnaissance  des  illustres figures guadeloupéennes.

Dans  cette  perspective,  ce mercredi  13  décembre  2017, à  partir  de  18h30  à  la  Salle  des congrès  et  des  arts  vivants  du  Mémorial  ACTe  à  Pointe-à-Pitre,  la  Collectivité  régionale organise un hommage à Alain Yacou, décédé le 7 avril 2016.

Cette  soirée  saluera l’action de  l’historien, fondateur  de  l’Université  des  Antilles  et  de  la Guyane, pilier de la formation en langue espagnole et de la recherche hispanique.
Il  s’agira  de  mettre  en  lumière  l’action  de  cette  personnalité  qui  a  œuvré  pour  la connaissance et la diffusion de la culture et du patrimoine guadeloupéen et caribéen.
Son parcours intellectuel, ses expériences et son œuvre ont su donner un élan essentiel à la recherche sur la Caraïbe hispanophone.
Né en Guadeloupe en 1940, Alain Yacou fut l’aîné d’une fratrie de 7 enfants.
Passionné  d’histoire  et  amoureux  de  lettres,  il  se  rend à  Bordeaux  au  début  des années 1960 pour effectuer ses études supérieures d’espagnol.
Reparti  dans  son  île  après  sa  titularisation  dans  l’enseignement,  Alain  Yacou  entreprend, dès  la  fin  des  années  1960,  sous  la  direction  de  Noël  Salomon,  une  thèse,  dite  alors  de troisième  cycle, intitulée  « L’émigration à Cuba des colons français de Saint-Domingue au cours  de  la  Révolution,  1789-1815 »,  un  travail  de  près  de  700  pages qu’il  soutient  à Bordeaux en 1975.

Cette thèse était au carrefour des thèmes majeurs qui ont, toute sa carrière durant, orienté les  recherches  d’Alain  Yacou:  la  diaspora  française  dans  l’aire  antillaise,  l’histoire  de  la résistance à l’esclavage, l’impact de la Révolution française dans l’aire caribéenne, avec du point de vue géographique et chronologique une prédilection marquée pour l’île de Cuba au tournant des XVIIIe et XIXème siècles.

Il  consacra  ensuite  son  doctorat  d’État,  autour  de  la  question  noire  à  Cuba,  de  la  fin du XVIIe siècle au milieu du XIXe, duquel découlèrent deux ouvrages : « La longue guerre des  nègres  marrons  de  Cuba »  (1796-1852) et  « Essor des plantations  et  subversion antiesclavagiste à Cuba » (1791-1845) (Paris, CERC-Karthala, 2009 et 2010).

La production scientifique d’Alain Yacou se poursuit par de nombreux articles dans lesquels il  reprend  ou  approfondit  ses  recherches  antérieures,  et  des  participations,  tout  aussi nombreuses,  à  des  ouvrages  collectifs,  souvent  dans  le  cadre  des  activités  du  centre  de
recherche  qu’il  avait  créé  au  sein  de  l’université  des  Antilles  et  de  la  Guyane,  le  CERC (Centre  d’Études  et  de  Recherches  Caribéennes), qui  devint  un  des  fleurons  de  la  jeune université.

Alain Yacou fut aussi un organisateur inlassable de rencontres universitaires et d’expositions par exemple sur la découverte de la Guadeloupe et l’histoire de l’esclavage), directeur derevues  (Revue  du  CERC dans  les  années 1980, Espace  Caraïbe au  cours  de  la  décennie suivante),  éditeur  scientifique  de  nombreux  ouvrages  collectifs  faisant  appel  à  de prestigieuses  signatures  internationales.  Pour  ne  citer  que  les  plus  récents : Servitude  et oppression  dans  les  Amériques,  de  la  période  coloniale  à  nos  jours,  2000, La  Caraïbe  au tournant  de  deux  siècles,  2004, De  l’île  Espagnole  à  la  République  dominicaine d’aujourd’hui, 2010.

Un des axes majeurs de l’action et du souci d’Alain Yacou dans son université fut de la doter d’instruments de recherche collective et de centres de formation à la recherche de qualité.

Lors  de  son  départ  à  la  retraite,  l’université  des  Antilles  avait  rendu  à  ce  chercheur  de premier plan, à cet organisateur infatigable, à cet animateur créatif et efficace, un hommage officiel mérité suivi par toute la communauté scientifique.

Previous post

"Fonds vert" élargi à tous les Outre-mer

Next post

De la difficulté d’être chercheur natif en territoire ultra-marin : vue de Guyane

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *