Divers

Haïti : Les petrochallengers réclament un audit complet de l’administration publique

Les petrochallengers du collectif Nou p ap dòmi lancent un appel à un audit général des comptes de l’État et à un état des lieux de la situation financière du pays, à l’occasion à l’occasion de la journée internationale contre la corruption, le lundi 9 décembre 2019, selon les informtions obtenues par l’agence en ligne AlterPresse.

La demande de Nou p ap dòmi est adressée à la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif (Cscca), dans une lettre ouverte parvenue à AlterPresse.

Les petrochallengers sollicitent le contrôle administratif et légal des recettes et dépenses de l’État, pour l’exercice fiscal 2018-2019, et l’audit de l’ensemble de l’administration publique.

Ils réclament également un rapport complet sur la situation financière du pays et sur l’efficacité des dépenses publiques, ainsi que le jugement de tout comptable de deniers publics, coupable de mauvaise gestion.

Les petrochallengers ne cessent point d’exiger, parallèlement, la tenue d’un procès PetroCaribe, des fonds de l’aide vénézuélienne à Haïti, environ 4,2 milliards de dollars (US $ 1.00 = 96.00 gourdes ; 1 euro = 111.00 gourdes ; 1 pesodominicain = 2.00 gourdesaujourd’hui), en vue de sanctionner les personnes, soupçonnées d’implication dans la dilapidation de ces fonds publics.

De son côté, le Collectif des organisations de défense des droits des migrants et rapatriés (Coddemir) appelle la jeunesse haïtienne à poursuivre la mobilisation contre la corruption, afin de chambarder le système actuel.

Le Coddemir souligne la nécessite de continuer à protester contre la corruption, qui gangrène l’administration publique en Haïti, dans une note transmise à l’agence en ligne AlterPresse.

« La corruption est non seulement source de sous-développement, mais entraîne également un ensemble de violations de droits humains, menaçant ainsi le bien-être de nos sociétés ».

Le Coddemir dénonce la passivité et la lenteur des autorités judiciaires dans plusieurs dossiers de corruption, notamment ceux de PetroCaribe et de Dermalog, dans lesquels sont indexés plusieurs fonctionnaires et anciens fonctionnaires de l’Etat.

L’Unité de lutte contre la corruption (Ulcc) a fait part, le 9 décembre 2019, de sa « détermination » à tout mettre en œuvre, pour prévenir et réprimer la corruption sous toutes ses formes.

La république d’Haïti occupe la 161e place sur 180 pays, dans le classement concernant l’indice de perception de la corruption, en 2018.

https://www.alterpresse.org/spip.php?article25046#.XfAMTVXfuf1

Previous post

La 1ere Edition de la Fashion ShowBizz Evolution

Next post

TMA CARAÏBES mis en demeure par le CSA

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *