Société

Guillaume Lebeau, le policier réunionnais en colère

On reproche à Guillaume Lebeau membre de l’association Mobilisation des policiers en colère MPC, d’avoir pris la parole dans les médias. Un « manquement au devoir de réserve » selon l’administration. Il risque la révocation.

Guillaume Lebeau, originaire de Saint Benoit, l’un des fondateurs du MPC, en poste dans une brigade anti-criminalité de Gennevilliers veut raconter son quotidien semblable à celui de nombreux ultramarins parmi les 144 000 policiers de France. Et visiblement, cela dérange sa hiérarchie.

Ils sont quatre policiers de l’association MPC à être convoqués par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) les 3 et 9 novembre prochains. Leurs prénoms : Maggy, Stéphane, Guillaume et Jean-Marie. L’administration leur reproche d’avoir pris la parole dans les médias le 8 octobre lors d’un rassemblement pour leurs collègues attaqués l’an dernier à Viry-Châtillon.

Lui se défend de toute provocation : « C’était un jour particulier, on voulait juste leur rendre hommage et on se fait convoquer une nouvelle fois. C’est malheureux d’en arriver là. » Il précise que le MPC avait déclaré ce rassemblement en préfecture et tous les fonctionnaires présents avaient fait le déplacement sur un jour de repos.

Invité par Yann Barthes dans l’émission Quotidien hier, Guillaume Lebeau justifie son exposition médiatique « Quand nous parlons dans les médias, nous ne communiquons pas sur des affaires en cours ». Cela lui permettra-t-il de bénéficier comme en août dernier, de la clémence de l’administration ? Rien n’est moins sur.

Previous post

EN SOUVENIR DE MAN SOSO

Next post

Guy Tirolien à l'honneur à l'ASCODELA

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *