CultureEvénements

Guérir les blessures de la traite négrière et l’esclavage : un processus de rétablissement mutuel

Un Symposium international « Guérir les blessures de la traite négrière et l’esclavage : un processus de rétablissement mutuel » à Washington DC les 18 et 19 octobre 2018.

Le projet La Route de l’esclave: résistance, liberté, héritage de l’UNESCO, en étroite collaboration avec la Fondation Guerrand-Hermès pour la Paix (Brighton), organisera un Symposium « Guérir les blessures de la traite négrière et de l’esclavage : un processus vers le rétablissement mutuel » à Washington DC du 18 au 19 octobre 2018, au Centre de Berkeley pour la religion, la paix et les affaires mondiales l’Université de Georgetown.

Ce Symposium, organisé dans le cadre du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme des Nations unies et de la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024), rassemblera environ 30 chercheurs et spécialistes de différentes régions du monde afin d’échanger sur les effets des traumatismes transgénérationnels hérités de la traite négrière et de l’esclavage, et identifier des approches et pratiques appropriées pour surmonter ces séquelles.

La traite négrière transatlantique a entraîné la déshumanisation de dizaines de millions d’Africains. Son but était d’exploiter leurs corps et leurs esprits pour un profit économique. Cette soumission a nécessité l’utilisation de violences extrêmes et un comportement barbare, qui a causé une souffrance et des souffrances indescriptibles dans les Amériques, les Caraïbes, l’océan Indien, l’Europe et l’Afrique.

L’esclavage a réduit des hommes, femmes et enfants en tant que choses et nié leur humanité, leur dignité, leurs histoires et cultures. Pour légitimer cette injustice, une gamme extraordinaire de ressources intellectueles, religieuses, scientifiques et juridiques ont été mobilisées et ainsi construire une théorie de hierarchisation des races. Il n’est pas surprenant que les énormes dégâts psychologiques infligés par l’esclavage continuent de nous hanter aujourd’hui.

Cette histoire persiste jusqu’à nos jours. Psychiatres, psychologues, travailleurs sociaux et sociologues travaillant dans toutes les nations ayant connu l’esclavage ont identifié et traité de manière indépendante les multiples traumatismes, transmis de génération en génération aux descendants des peuples asservis. Ces spécialistes se sont réunis lors de précédents colloques et ont décrit le traumatisme enraciné qui traverse différentes langues, cultures et histoires nationales. Les traumatismes courants expliquent une partie des attitudes, comportements et relations sociales prévalant dans les sociétés post-esclavagistes affectant les descendants d’esclaves, ainsi que les propriétaires d’esclaves et d’autres ayant bénéficié de l’esclavage.
Il est impératif d’explorer davantage les conséquences psychosociales de la traite négrière et de l’esclavage. Nous devons mieux comprendre la complexité des relations entre toutes les personnes touchées, ainsi que des pratiques institutionnalisées qui ponctuent la vie dans les sociétés plurielles et multiculturelles contemporaines. De même, réaliser la reconnaissance de cet héritage, la guérison, le dialogue et la réconciliation nécessaires à la construction sociétés inclusives, exige de surmonter le déni, l’oubli, les préjugés raciaux, la méfiance, le racisme et la discrimination hérités de cette histoire.
Des recherches épigénétiques récentes ont montré que les traumatismes historiques peuvent avoir laissé des marqueurs physiques dans les générations successives. Cependant, ces traumatismes sont réversibles et peuvent être guéris.
Des approches psychosociales et spirituelles efficaces peuvent libérer le déni, la souffrance,
les griefs, la peur, la haine et les préjugés issus de l’histoire…
Le symposium abordera plus précisément les questions suivantes :
1. Quels sont les contextes historiques, les fondements et les fondements de la traite négrière transatlantique et l’esclavage?
2. Quelles leçons pouvons-nous tirer d’autres tragédies déshumanisantes de l’histoire mondiale?
3. Quelles sont les dernières approches et résultats sur les consequences psychosociales de la traite négrière transatlantique et de l’esclavage?
4. Quelles sont les différentes expériences et processus de guérison des plaies de ces traumatismes historiques?
5. Quels sont les principaux obstacles et résistances à la guérison?
6. Quelles seraient les étapes nécessaires pour la conception d’un programme pilote sur la guérison des blessures de la traite négrière transatlantique et de l’esclavage?
7. Quelles seraient les stratégies appropriées pour communiquer et informer le public pour mieux comprendre les défis à relever pour surmonter ces héritages?
8. Qui sont les principaux acteurs et partenaires à associer à la guérison?
Previous post

LE CRAN FAIT RETIRER DE LA VENTE LE CAFÉ « AU NÉGRILLON » DES ENSEIGNES AUCHAN ET CASINO.

Next post

130 étudiants réunionnais se sont envolés vers le Quebec

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *