Société

GUADELOUPE : Victorin qui pleure et Ary qui rit.

De tous côtés on entend plus que ça : Chalus/Lurel, Lurel/Chalus

Qu’on le veuille ou non, on ne peut échapper à  la médiatisation du duel entre Ary Chalus et Victorin Lurel pour la présidence de la région Guadeloupe dont l’épilogue se jouera dimanche soir.

Tous les autres évènements sont relégués au  second plan, et nous voilà revenus des années en arrière à l’époque où Pauline et Molia se disputaient l’arrivée des grandes courses cyclistes guadeloupéennes.

Il y a les pro Chalus et les anti Lurel, de même que le contraire existe, car on trouve bien sûr les pro Lurel et les anti Chalus.

Cette élection n’a pas de précédent. Il s’agit pour Chalus de battre le président sortant, ancien ministre et qui au premier tour se targue d’être l’élu socialiste de France qui a fait le meilleur score en pourcentage. Pourtant Chalus devance son adversaire de plus de 3 000 voix, marge interessante, mais est-ce suffisant pour terrasser le rouleau-compresseur qu’est Lurel qui de l’avis général a fait une erreur en annoncant plus de 250 mesures qu’il voudrait réaliser s’il est élu. Les adversaires sont montés au créeau pour dire que : s’il a tant à faire, c’est qu’il n’a rien fait durant ses deux mandatures.

Comment Chalus est arrivé à coiffer Lurel au poteau en se plaçant en tête des résultats du premier tour ? Il y a au moins trois raisons à cela.

1°) Aux Abymes, la commune ayant le plus d’électeurs, plus de 30 000, Lurel ne fait pas le plein de voix, pourtant il est soutenu par le député-maire Eric Jalton. Ce dernier reconnait que leur campagne a été inefficace. Il promet une mobilisation sans commune mesure avec les semaines passées au terme de l’élection.

2°) Retour en force de José Toribio au Lamentin qui grâce à son implication dans la bataille fait battre le maire en place Jocelyn Sapotille, allié de Chalus. Une bonne option pour l’ancien maire qui pourra mettre ce succès dans son escarcelle pour les prochaines élections à venir.

3°) Il y a cette fameuse affaire Maryse Etzol qui en désacord avec Victorin Lurel, n’a pas appelé à voter pour lui.

Il y a bien sûr d’autres raisons pour expliquer cette défaite du président sortant au premier tour, mais dire que pour lui c’est fini, bien malin qui pourrait se permettre d’avancer cela.

Et puis sans doute Ary Chalus a t-il bénéficié d’une espèce de phénomène de mode qui ne lui a pas mal réussi pour l’instant ?

Victorin Lurel quant à lui a probablement subi les conséquences d’une trop  longue présence à la région et d’une espèce de lassitude de l’électorat à son égard.

Verdict des urnes, dimanche à 20 heures.

 

Previous post

GUADELOUPE : DECLARATIONS DES CANDIDATS

Next post

Opérations de quantification du litige électoral en Nouvelle-Calédonie

hugo FRAN

hugo FRAN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *