Société

Guadeloupe : Sauve qui peut, la politique est « à piyaj »

On aurait dit que les candidats qui briguent nos suffrages ont été mis dans un grand sac, puis envoyés « o piyaj »

La politique d’aujourd’hui ne se pratique plus comme cela se faisait il y quelques années encore. Maintenant des stratégies sont mises en place afin que chaque candidat ou tête de liste puisse avoir le meilleur résultat possible, car en définitive ce qui compte c’est l’élection de celui qui sollicite nos suffrages.

S’agissant d’une élection type régionale, se positionner sur une liste dont on peut espérer qu’elle sortira vainqueur des élections ou tout au moins en bonne place est une priorité pour certains qui n’hésitent pas à rompre l’unité de leur parti dès lors qu’ils ont la conviction que l’herbe est plus verte ailleurs.

Maie-Luce Penchard (Les Républicains) ne soutient pas Laurent Bernier (Les Républicains) préférant s’associer à Chalus qui semble pouvoir se placer devant le maire de Saint-François.

Audry Cornano, premier adjoint d’Ary Chalus, joue la carte Lurel une façon de diviser l’électorat.

Quant à la liste Lurel composée entre autres de madame Carabin maire du Moule et députée qui ne pourra pas siéger si elle est élue (si les choses restent en l’état) on y trouve également monsieur Jalton qui en cas d’élection  sera dans la même situation que madame Carabin (maire et député également). Alors pourquoi ne pas avoir présenté tout de suite des candidats neufs pour représenter le peuple ? Après tout, nous ne sommes peut-être pas un peuple.

En tout cas pour Alain Plaisir tête de liste du CIPPA, c’est tout simplement un « mangé cochon » que l’attitude du clan Lurel. Et même si rien n’empêche à des candidats déjà titulaires de deux mandats d’être en position elligible sur une liste, selon Alain Plaisir il aurait été préférable de ne pas faire appel à eux.

Et pour finir, voilà que madame Borel-Lincertin s’en prend à son ex-camarade de parti et ancien secrétaire fédéral de la section socialiste de Guadeloupe Max Mathiasin, lui reprochant de se montrer aux côtés de Lucette Michaux-Chevry, soutien de Chalus alors que par le passé ce dernier était son adversaire politique. (Lire le communiqué de madame Borel Lincertin)

Les dés sont donc pipés dès le départ et chacun des candidats afin de ratisser le plus large possible fait des alliances inconcevables il y a quelques temps encore. Ainsi va la politique sous le soleil.

Communiqué de Presse de J BOREL-LINCERTIN (10 novembre 2015)

 

Previous post

DIWALI LA FETE DES LUMIERES

Next post

UNE AVENTURE EN CABANE

hugo FRAN

hugo FRAN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *