Divers

Guadeloupe : L’église va t’elle exploser ?

Monseigneur Jean-Yves Riocreux, évêque de la Guadeloupe saura t-il ramener ses prêtres frondeurs à la raison ?

A la lumière du débat qui s’est installé dans le diocèse depuis quelque temps, les fidèles commencent sérieusement à s’interroger sur le devenir de leur église. Le mal est suffisamment profond pour que huit prêtres appelés désormais les frondeurs du diocèse, fassent entendre leur voix et s’opposent aux différentes méthodes de travail de leur Evêque Monseigneur Riocreux. Celui que l’on présentait à son arrivée en Guadeloupe comme un réformateur, un homme de dialogue, aurait-il failli à sa mission en portant sa préférence plutôt sur des causes sans intérêts particuliers pour l’église, alors qu’il y a tant de choses à faire ?

De quoi s’agit-il véritablement, et qui sont ceux qui défient leur Evêque aujourd’hui ? Au nombre de huit, ils ont décidé de rappeler au chef du diocèse ce qu’ils considèrent comme des manquements ou des abus qui nuisent fortement à la bonne marche de l’église. Les pères Jean Hamot, Albert Blanchard, Albert Chalder, André Dénécy, Alfred Lavital, Serge Plaucoste, Moise Modetin et Paul-Antoine Bernard, à travers un courrier adressé à l’évêque et qu’ils ont rendu public, reprochent à ce dernier la totale déconnexion entre la célébration des sacrements et la réalité de la vie des jeunes, qui ne trouvent aucun écho dans les célébrations, alors qu’ils sont soumis à des situations incroyables de souffrances, de violence, de chômage et autres maux de la société.

En quelque sorte les prêtres affirment que l’évêque célébrerait pour célébrer et se glorifierait du nombre de confirmés en posant devant l’église pour la photo souvenir. Mais ils lui reprochent aussi  le nombre exorbitant de pèlerinages organisés qui en période de crise entrainent des dépenses démesurées  pour l’église et n’apportent rien de nouveau, ni aux paroissiens ni au clergé. Puis ils enchaînent sur la formation des prêtres et le suivi des aumôneries qui sont laissées à l’abandon. Autre motif de discorde : Monseigneur Riocreux  semble t-il, aurait rappelé des prêtres que son prédécesseur Monsieur Cabo avait invité à regagner leur région d’origine. Selon ces prêtres frondeurs :  » le peuple vit comme un troupeau sans pasteur.  »  Voila de quoi animer une belle bataille de clocher. Quand on connait le tempérament des « révoltés « , gageons que le conflit est loin d’être terminé.

IMG_6859_1

Photo Hugues Pagesy

Le Préfet de Région Jacques Billant et Monseigneur Jean-Yves Riocreux

Previous post

SOIREE BLANCHE A VILLEPINTE

Next post

« DANS LA LUMIÈRE » d’Aline FARRAN, alias Lady LAISTEE

hugo FRAN

hugo FRAN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *