Divers

Guadeloupe : l’avenir sombre d’un pays plus divisé que jamais ?

Avons-nous remis notre destinée entre les mains d’ individus moralement, mentalement et intellectuellement inaptes à gérer la Guadeloupe ?

Normand Lester, dans « l’avenir sombre d’un pays plus divisé que jamais », en parlant des Etats-Unis, nous livrait les informations suivantes, dans le Journal de Montréal du 19 septembre 2020. ( précisons que c’est un journaliste canadien grand reporter, et qu’à ce titre il a accumulé ces 50 dernières années une somme d’expériences et d’investigations assez stupéfiantes s’agissant du puissant voisin nord-américain).

Il indiquait qu’il tentait de comprendre comment les Américains ont remis leur destinée entre les mains d’un individu aussi moralement, mentalement et intellectuellement inapte à gouverner la puissance dominante de notre époque, que le président actuel.

On peut certes s’interroger sur la stupidité des citoyens d’autres pays, mais nous évoquons- précisait-il- le cas tout de même de la super-puissance mondiale. Les Américains ont donné le pouvoir à trois individus avec des déficiences éthiques, intellectuelles ou comportementales, qui les rendaient manifestement inaptes à occuper cette fonction : Richard Nixon, George W. Bush, et Donald Trump – qui incarne à lui tout seul, ces trois carences-.

Mais le profil de certains à qui nous souhaitons confier les destinées de la Guadeloupe n’est pas plus reluisant. Prenons le cas d’Ibo SIMON. Ce présentateur déversait des torrents d’injures en toute impunité sur les noirs et les haïtiens. Le journal Combat Ouvrier indiquait que la population qui réagit généralement au moindre propos raciste, et n’accepterait pas d’un Européen le millième de ce qu’a dit Ibo SIMON, le portait aux nues.

Des intellectuels, des indépendantistes, des patrons, s’affichaient aux côtés d’Ibo SIMON. Aux élections municipales de 2001, à Pointe-à-Pitre, il obtient 22% des suffrages, mettant en ballottage le maire sortant. 

Que n’avons-nous pas entendu lors des récentes élections municipales en Guadeloupe sur les déficiences éthiques d’un candidat ! Cela ne l’a pas empêché d’être triomphalement élu, et de devenir même président de communauté d’agglomération.

Combien d’autres, de détournements de fonds en approximations budgétaires, de je-m’en-foutisme en nullité crasse, ont conduit l’archipel dans une dérive morale et économique sans précédent ?

LESTER envisage ensuite un enjeu majeur de notre monde, l’environnement. A ce titre, ce n’est pas seulement leur avenir qui est menacé, mais celui de la planète entière (pollution, réchauffement planétaire.) La Guadeloupe est déjà un monstre chimique ( chlordécone). Mais pensez-vous que cela arrêtera nos élus dans leur délire ?

Il n’est plus possible d’ignorer les effets dévastateurs du désastre environnemental. Or, un déni systémique est opposé aux citoyens. (piste super-motards, golf à Petit-Bourg, projet Karukera Bay, cible à atteindre, « 1 million de touristes », répétée en boucle, disparition de la mangrove). Il faut étendre la zone de pollution, semblent marteler nos dirigeants.

La Guadeloupe a-t-elle trouvé sa raison d’être dans « la passion de détruire, anatomie de la destructivité humaine » ( 2002) nous demandions-nous ?

Nous reprenions le titre de l’essai du philosophe Erich FROMM. La moitié des délégués à la Convention constitutionnelle, qui a proclamé que tous les hommes sont égaux, étaient propriétaires d’esclaves, dont Washington lui-même. Effectivement, les Etats-Unis ont été fondés sur l’appropriation des terres des Indiens, leur massacre, puis l’esclavage, la ségrégation raciale.

En Guadeloupe, nous sommes toujours dans une société où les fondements de la société de plantation n’ont pas disparu : omnipotence des entreprises d’import-export, des propriétaires bananiers.

Les Etats-Unis ont vendu à Saddam Hussein les précurseurs chimiques et les souches biologiques pour des armes utilisées contre les Iraniens et les Kurdes.

La quasi-totalité des Guadeloupéens et martiniquais est contaminée par un perturbateur endocrinien, le chlordécone. L’Etat est le premier responsable, conclut un rapport, mais ces responsabilités sont partagées avec les acteurs économiques. Les industriels d’abord, mais aussi les groupements de planteurs et certains élus, qui ont défendu jusqu’au bout l’usage du chlordécone.

Joan Quigley, l’astrologue de la Maison-Blanche devait déterminer quand Ronald Reagan allait prononcer des discours, faire des conférences de presse et voyages à l’étranger. 

Le délire mystico-religieux ne doit pas être exclu pour expliquer certaines décisions ahurissantes de la part des élus guadeloupéens. (Ils avaient décidé par l’intermédiaire d’Urbaserv, une multinationale espagnole, de gérer les déchets en Guadeloupe avec une gigantesque plate-forme multi-filières d’enfouissement et d’incinération qui , évidemment n’a jamais vu le jour, comme la majorité de leurs projets fumeux). Mais cela va même plus loin puisqu’un fin observateur de la vie politique guadeloupéenne, Yvon Leborgne, a pu dire : « J’ai eu l’occasion de discuter avec un certain nombre de responsables d’organisations syndicales et politiques, dont je ne mets pas en cause la sincérité. Et j’ai toujours été frappé de la promptitude avec laquelle ils se repliaient sur des textes sacrés ou des formules qu’il faut bien considérer comme magiques ».

Plus de citoyens aux Etats-Unis, soit 43 millions, souffrent de troubles mentaux que dans tous les autres pays du monde, et ce chiffre ne cesse d’augmenter. 80 % des opioïdes consommés dans le monde le sont aux Etats-Unis qui ne représentent que 5% de la population de la planète. Un guadeloupéen ou martiniquais sur 3 serait atteint de troubles mentaux, aggravés par l’usage du cannabis très répandu.

Les Américains possèdent individuellement plus de 393 millions d’armes à feu. C’est 67 millions de plus que la population totale du pays. Les armes à feu circulent en toute impunité sur nos îles, et sont cause des multiples braquages, meurtres, ou rixes entre voisins ou ex-amis. Symptôme de l’épidémie de désespoir qui frappe l’Amérique blanche, 82% des personnes décédées de surdose d’opioïdes en 2015 sont blanches. Oui, il y a aussi, une Guadeloupe «  claire de peau » comme on dit aux Antilles, qui se réfugie par désespoir dans la consommation de substances dangereuses pour leur équilibre mental et leur santé.

Nous allons étayer notre démonstration par deux exemples. Dans notre précédent article, John Chatelier, policier hexagonal, marié à une guadeloupéenne, demande à la rejoindre et se retrouve très rapidement officier dans la BAC (brigade anti-criminalité), en Guadeloupe, puis versé au sein des brigades de lutte contre le trafic des stupéfiants. Il finit par tomber en 2006. Révoqué de la police, il rentre en France. Ses confessions sont sans équivoque. « Là-bas, on pouvait passer 4 à 5 jours sans dormir, d’ailleurs certains flics comme moi tournaient à la coke ».

Voulez-vous un autre exemple ? Aliénor, non pas d’Aquitaine, mais bien de Guadeloupe, jeune et blonde hexagonale installée dans l’île, à la tête d’un petit commando a tenté de récupérer 3000 euros d’un toxicomane, son ancien compagnon, petit caïd, qui la battait et la volait (affaire jugée cette semaine par la Cour d’Assises).

Les Etats-Unis se classent au 26 ème rang en termes d’espérance de vie sur les 34 pays de l’OCDE.

 Quelle est l’espérance de vie en Guadeloupe ? Nous indiquerons simplement qu’officiellement 100 000 guadeloupéens sont considérés désormais comme porteurs de comorbidités par les autorités sanitaires (diabète, obésité, maladies de longue durée). Avec les meurtres, les accidents de la route, le chlordécone, nous sommes tous en sursis.

Le taux d’incarcération aux Etats-Unis est 5 à 10 fois plus élevé que dans toutes les autres démocraties. Plus élevé qu’en Chine et en Russie. Voulez-vous les chiffres en matière de population carcérale en Guadeloupe ? La prison de Baie-Mahault, avec 551 détenus, est la prison française qui connaît le plus fort taux d’occupation. Sa densité carcérale s’envole à près de 208 % ( Site du Ministère de la justice).

Les Etats-Unis se comparent à l’Arabie Saoudite quant au mariage des enfants. Des parents forcent des fillettes de 10 et 12 ans à se marier. Le Tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre a condamné un homme de 34 ans à une peine d’un an de prison avec sursis. La pédophilie n’a pas été retenue pour le prévenu qui entretenait « une relation amoureuse » avec une fillette de 11 ans. Le prévenu était atteint de légère déficience mentale.

Les Etats-Unis comme la Guadeloupe, sont les terres d’élection des sectes en tout genre. 273 milices d’extrême-droite comptant quelque 100 000 membres s’entraînent dans plus de 40 Etats américains. Aucun autre pays ne tolère de telles organisations paramilitaires privées. Des bandes paramilitaires font régner la terreur en toute impunité en Guadeloupe. Des champs de banane, sont régulièrement vandalisés (or il s’agit de plantations de jeunes agriculteurs guadeloupéens). Dans un autre domaine économique, Jocelyn Sapotille, le maire du Lamentin, a indiqué ouvertement sur France-Antilles, et sur les radios, comment en ce qui concerne le ramassage des déchets, des bandes maffieuses, très organisées, détruisent matériel et camions si un marché public ne leur est pas attribué.

Comme l’avoue Normand LESTER, cet article ne présente pas un portrait neutre et équilibré des Américains et des Etats-Unis. Il dénonce, leurs carences, leurs errements ainsi que les hypocrisies et mensonges qui caractérisent leur politique, leur culture et leur histoire. Chaque mot pourrait être repris s’agissant du portrait brossé également pour la Guadeloupe.

Mais laissons la parole à Yvon Leborgne. « La situation qui me paraît caractériser la Guadeloupe depuis 1943 c’est l’absence de leaders, la pénurie d’hommes. Non point que je sois tenté par le culte des personnalités ».

Previous post

Les Résultats de la Finale Ile-de-France

Next post

Disparition d'Humbert Marboeuf

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *