Société

Guadeloupe : La violence est devenue une banalité !

On aimerait ne plus en parler de cette violence qui fait son lot de morts pratiquement au quotidien, mais l’actualité nous oblige à en faire état et ce n’est pas de gaité de cœur que nous le faisons. Il en va désormais de la responsabilité de chacun. Si personne ne nous demande de nous transformer en auxiliaire de police il va de soi que chaque  citoyen peut par son comportement apporter sa pierre à l’édifice d’une région plus calme, plus sereine où le bien-vivre serait une priorité.

cazeneuve-2

Si Bernard Cazeneuve était venu en Guadeloupe pour essayer de comprendre pourquoi la violence atteignait un tel degré dans notre département, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a pu constater de visu la situation délétère qui y règne. Durant sa visite et dans la seule journée du samedi 2 septembre, pas moins de trois meurtres sont venus s’ajouter à la liste déjà longue de ceux qui ont perdu la vie dans des circonstances violentes.

Dans la nuit du 2 au 3 septembre à Basse-Terre, c’est un garçon de 17 ans qui a reçu une balle mortelle en pleine tête.

A Grand-Case un homme a tué sa femme et fut tué  à son tour par la population révoltée par ces actes de violence à répétition. Si on ne peut pas cautionner de telles réactions exécutées dans l’immédiateté au moment où l’émotion face à ces actes est à son paroxysme, le peuple en faisant justice lui-même, envoie à sa façon un avertissement fort à ceux qui auraient l’outrecuidance de porter atteinte à la vie de leurs concitoyens. L’atmosphère est suffisamment pesante dans notre région pour que chacun par un comportement responsable reste vigilant et tente de désamorcer en amont tout ce qui peut l’être, car le ministre l’a bien compris : une messe ne suffira point pour que les choses reviennent à la normale. Et de répéter qu’on ne peut pas mettre un policier derrière chaque habitant. Il a rappelé par ailleurs qu’il n’était pas seulement le ministre de la police, mais celui également des préfectures et des sous-préfectures et qu’à ce titre sa mission allait bien au-delà du simple maintien de l’ordre. Il a fait avec humour une allusion aux incessantes coupures d’eau qui devraient trouver une solution locale, puisque ne faisant pas partie de ses prérogatives, tout en affirmant qu’il avait pris le problème de l’eau tout à fait par hasard, ce qui a bien fait rire l’assistance.

Bien entendu le ministre de l’intérieur n’a pas fait que dans l’humour puisque nombre de projets réalisables à court ou moyen terme ont été avancés. Il n’a pas manqué au passage de revenir sur le terme « gaulois » prononcé par un candidat à la présidence de la république, sans en citer le nom.

Bernard Cazeneuve a réaffirmé que les 156 policiers prévus pour la Guadeloupe seront affectés au département jusqu’au dernier, mais que pour obtenir des résultats concrets le concours de tous était nécessaires et que l’éducation devrait rester une priorité car base de l’intégration de l’homme dans la société.

Faisant allusion à la mort du jeune Yohann, il s’est dit avoir été particulièrement impressionné par le courage de la mère de ce dernier qui malgré sa souffrance due à la perte d’un fils, vit cette douloureuse situation avec une grande dignité.

Assurément heureux de cette visite, le ministre a salué les nombreux invités présents avant de reprendre l’avion pour la Guyane, lieu de sa prochaine escale.

Hugues Pagesy

Textes et photos

Previous post

Les rencontres de la sécurité à La Réunion

Next post

La communauté ultra-marine s’exprime à propos de Tropiques FM

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *