Société

GUADELOUPE : un fonds de secours pour les agriculteurs

La réunion du 5 octobre dernier, convoquée par le préfet, a permis d’évoquer la situation préoccupante de nombreux exploitants agricoles, au premier rang desquels les maraîchers, suite à l’épisode de sécheresse exceptionnel survenu en ce début d’année.

Conformément à ses engagements, le préfet de région a réuni, le mardi 20 octobre, le comité départemental d’expertise (CDE) qui a validé le rapport d’expertise démontrant le caractère exceptionnel de la sécheresse de la mi-avril à la mi-août 2015 sur l’archipel guadeloupéen et Saint-Martin. Le préfet a donc transmis le mercredi 21 octobre, le dossier de reconnaissance d’une calamité sécheresse de la région Guadeloupe au ministère de l’Outre-mer.

Dans sa note, le préfet demande l’intervention du fonds de secours sur la base du rapport des missions d’enquête et du rapport d’expertise ainsi que du compte-rendu des délibérations du CDE et de l’évaluation approximative du montant des dommages.

Le rapport des missions d’enquête fait état de pertes pour tous les secteurs agricoles de l’archipel. Les dégâts sont importants sur toutes les filières fruits et légumes ; les cycles de productions ont été détruits et bouleversés dans de grandes proportions et la situation financière qui en découle compromet fortement les remises en cultures.

Les effets sur l’apiculture sont considérables au regard des pertes de fonds. Le cheptel bovin et caprin a lui aussi souffert d’une période très sèche et chaude, anormalement longue, avec des difficultés pour alimenter les animaux. Enfin, les cultures traditionnelles, banane et canne à sucre, enregistrent des pertes importantes immédiates, qui se ressentiront aussi en 2016.

Previous post

HENRIETTE DORION-SEBELOUE : UNE HISTOIRE DE GUYANE

Next post

DUCLOS MAX EST PARTI

hugo FRAN

hugo FRAN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *