Société

GUADELOUPE: EAU SECOURS ! LA SPIRALE INFERNALE

Christian Baptiste a beau implorer le ciel, les solutions ne viendront pas de là

 

Pour Christian Baptiste, maire de Sainte-Anne, la Guadeloupe est en situation d’échec dans bien des domaines.

La Guadeloupe serait-elle dans une spirale infernale, sans que personne ne puisse trouver une solution pour la freiner à défaut de l’arrêter ?

La distinction obtenue par la Guadeloupe face à Tahiti et la Réunion grâce à son offre touristique sans reproche est certainement méritée, mais comment expliquer que la vie quotidienne des guadeloupéens, perturbée par nombre de problèmes récurrents qui perdurent depuis des années passent inaperçus aux yeux de ceux qui attribuent les prix. Oh bien sûr, les touristes calfeutrés dans leur chambre d’hôtel n’ont pas toujours une idée vraie de la réalité du pays puisque tout est fait pour que ne leur soit pas montré l’envers du décor. Sans vouloir jeter de l’huile sur le feu, voilà une liste non exhaustive  de ce qui pose problème en Guadeloupe et qui mériterait qu’on y jette un œil de plus près.

LE CHLORDECONE : On en a tellement parlé que cet empoisonnement des hommes et de l’agriculture est entré dans les mœurs. On ne fait plus attention aux produits qu’on achète et leurs origines nous laissent totalement indifférents. Des zones maritimes chlordéconées, balisées par des bouées sensées être interdites à la pêche, ne sont pas du tout respectées, à telle enseigne que le préfet s’est rendu sur place et pas moins de 25 casiers ont été remontés de ces zones interdites.. Cela voudrait dire que s’ils n’avaient pas fait l’objet d’une saisie, le poisson qu’ils contenaient aurait été vendu dans les ports de pêche guadeloupéens, bien entendu, sans la moindre indication sur leur provenance, et pour cause. Il est évident que dans ces zones de pêche sous embargo, les poissons sont nombreux et constituent pour les pêcheurs indélicats un moyen de rentrer au port avec une bonne cargaison de produits de la mer. Et même s’ils savent que ce poisson peut être dangereux, l’appât du gain fait voler en éclat tout comportement citoyen.

L’EAU : Le gros problème de la Guadeloupe, c’est l’eau je parle bien évidemment de l’eau dans les robinets qui reste un souci majeur pour la population puisque certains secteurs ne la voient couler chez eux qu’épisodiquement. Tous les politiques se sont cassés les dents et se les cassent encore sur ce dossier. Il faut rappeler qu’à cause du manque d’entretien du réseau plus de la moitié de l’eau alimentant les réservoirs est perdue dans la nature. Or selon Elie Domota, l’eau paie l’eau. Lorsque le consommateur paie sa facture, il paie en même temps le coût des réparations pour les éventuels problèmes pouvant subvenir sur le réseau. Personne à l’heure actuelle ne peut dire quelle utilisation est faite de cet argent. Sur ce problème particulier de l’eau, Christian Baptiste, maire de Sainte-Anne et conseiller Régional déclare que la Guadeloupe est en situation d’échec. Quant à la population son slogan est désormais: EAU SECOURS !

La VIOLENCE ET DÉLINQUANCE : Pourquoi vouloir passer sous silence ces faits d’incivilité quotidienne qui perturbent la vie des citoyens et dont les touristes en font les frais comme le reste de la population ? Pas un jour ne passe sans que quelqu’un ne se plaigne de s’être fait subtiliser ses bijoux, son téléphone, son appareil photos et j’en passe. Inventions direz-vous ? Il suffit de consulter le quotidien local pour avoir une petite idée de l’intensité du malaise.

LES TRANSPORTS : Je mets quiconque au défit de m’expliquer comment se rendre de Basse-Terre au Lamentin par exemple, un samedi ou un dimanche matin. Le transport en Guadeloupe est dans une situation pire que ce qui se faisait il y a cinquante ans. Si on peut dans le meilleur des cas trouver une solution pour l’aller, il serait téméraire de croire que pour le retour les choses pourraient se passer dans de bonnes conditions. On sait quand on part, mais on ne sait jamais comment on va faire pour revenir. Pour Christian Baptiste, encore lui, même son de cloche : La Guadeloupe est en situation d’échec.

LE CHÔMAGE : Problème crucial sur lequel les politiques avouent leur faiblesse… L’ombre d’une embellie n’est pas à l’ordre du jour. Il s’agit certes d’une situation nationale mais qui touche la Guadeloupe un peu plus crucialement que les autres départements métropolitains.

On pourrait se pencher sur bien d’autres cas, tels : le ramassage des encombrants et des véhicules hors d’usages, domiciles privilégiés des larves de moustiques, le déficit d’éclairage sur les grands axes routiers, la brume de sable venant du Sahara, les algues sargasses qui commencent à devenir un véritable problème de santé publique, etc… Alors comment ne pas comprendre la population qui à 65% ne fait plus confiance à leurs élus. Ils ne sont pas bien entendu responsables de tout, mais lorsqu’on est aux responsabilités, il faut trouver des solutions pour le bien-être de tous. Mais il est vrai que l’élu n’est plus le candidat qui sollicitait nos suffrages. Cependant, passez tout de même de bonnes vacances, car la Guadeloupe a bien des atouts pour vous séduire.

DSC03352

L’île aux belles eaux

BLOCAGE1

Circuler en transport collectif : un défi !

IMG_0005

L’eau coule partout… sauf dans les canalisations. Que sont devenus les montants consacrés aux réparations ?

Previous post

les enseignants martiniquais se mobilisent

Next post

ANGELIQUE SPINCER : STELLA ST MAUR POUR FINIR

hugo FRAN

hugo FRAN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *