Société

Gourbeyre : Eau secours ! Le verre déborde !

Gourbeyre est un territoire gorgé d’eau. Il y en a partout, sauf dans les robinets. Il ne s’agit pas d’un problème récent, mais d’une situation qui perdure depuis trop longtemps. Aujourd’hui la coupe déborde, et c’est vraiment la réalité. Ceux-là même dont cette pénurie apportait de l’eau à leur moulin et qui montaient au créneau pour dénoncer le laxisme des responsables en gérance des problèmes de cette même eau, sont brusquement devenus autistes. La raison en est simple, ils sont devenus entre temps eux-mêmes par le miracle d’une élection, des responsables de l’acheminement de cette précieuse boisson aux robinets des particuliers.

J’aimerais me taire et subir comme des centaines de familles ce manque crucial d’eau, mais il arrive un moment où on ne peut plus être simplement spectateur. Comment comprendre que depuis des années une solution pérenne ne soit pas trouvée pour améliorer le sort des Gourbeyriens, qui ne cessent d’espérer qu’un jour ils auront plus, que quelques bouteilles d’eau distribuées par ci par là ?Ce sont tout simplement des coups d’épée dans l’eau dont le but est d’anesthésier la volonté des plus hardis à vouloir protester.

Voici quelques extraits d’une lettre ouverte que le conseiller municipal de Gourbeyre, Jocelyn Zou, par ailleurs soutien du maire en place, a livré à ses camarades du conseil municipal et d’une façon générale aux Gourbeyriens

« Ma liberté et mon indépendance m’obligent ce jour à prendre position, sans filet, sur la situation insupportable que nos concitoyens subissent depuis quelques années, sur la problématique de l’eau.

Ainsi, je tiens par la présente à souligner « kè padon paka soulajé bos ». Ce n’est pas un communiqué, émanant du président de la communauté d’agglomération, ABELLI pour ne pas le citer, qui réglera cette difficulté. Il ne suffit pas de faire un communiqué laissant la population dans la débrouillardise sans leur proposer des solutions d’urgence.

De surcroît, il serait plus que nécessaire que nous puissions rappeler à ce dernier, ses obligations en ce qui concerne ses compétences en matière d’eau. Je crois qu’il est temps que nous puissions lui rappeler les textes et les jurisprudences, de ce qu’il s’agit de sa responsabilité, afin qu’il fournisse à nos administrés le précieux liquide.

A mon humble avis, deux choses l’une :
-Soit notre municipalité budgétise l’achat de packs d’eau pour la population et présente la facture à la CAGSC.
– Soit la CAGSC assume intégralement de fournir des packs d’eau à nos administrés.

Trop c’est trop, c’en est trop !!!
Nous avons mené campagne sur la base de la problématique de l’eau pour qu’aujourd’hui nous soyons à la ramasse et absent sur la scène. Nous ne pouvons pas nous cacher derrière la CAGSC, (Communauté d’Agglomération Grand Sud Caraïbe) sous prétexte qu’il y aurait un éventuel conflit d’intérêts, notre maire étant l’un des vice-présidents.

Je suis abasourdi, que ce soit le GEKO, (Association du 3ème adjoint au maire) qui fasse la distribution des packs d’eau à la population, alors que durant notre campagne nous n’avons cessé de mettre l’accent sur la nécessité de mettre en place la solidarité sur l’ensemble du territoire.

Ne devons-nous pas faire jouer le CCAS et les services de la mairie pour une distribution d’eau sur le territoire et à chaque fois que cela est nécessaire, afin de pallier aux manquements de la CAGSC.

Par ailleurs, ou sont les citernes ? Lorsqu’elles sont placées sur le territoire, pourquoi ne sont-elles pas remplies ? Qu’est-ce qui empêche cela ? Quelle est la difficulté à ce sujet ? Quand des dizaines de nos citoyens m’interpellent sur leur situation, je m’interroge sur notre silence assourdissant… Comment comprendre et accepter que nos frères et sœurs Gourbeyriens, atteints de comorbidités, puissent rester des jours durant sans eau, et que le personnel soignant soit dans l’incapacité de faire des soins et leur toilette intime, sans compter les tonnes de vaisselles sales et les nuisances que cela pourraient engendrer dans un contexte sanitaire anxiogène préoccupant avec ce covid…

Enfin j’affirme ici que je n’ai pas été élu pour être spectateur. Bon nombre d’entre nous reste silencieux et se rend par extension complice de la situation, en se cachant derrière la litanie de communiqués de tout genre. Tandis que le peuple souffre et attend des réponses et des actions…

Des centaines de Gourbeyriens et de Gourbeyriennes de toutes obédiences de toutes natures, tous statuts confondus nous ont fait confiance, ils ont souhaité le meilleur et en mieux. Pour l’instant ils vivent le pire et dans la solitude et sans solidarité ».

Et Jocelyn Zou de poursuivre :

– Ou sont passés nos belles promesses ?
– Mais en attendant nous faisons quoi ?
– Et si pour une fois on commençait à travailler et à faire, ce pourquoi la population nous a élu au lieu de penser à être réélu ?
– Et si on commençait à se dire nos vérités ?
– Et si on commençait à s’organiser, ensemble. Et si on se parlait ?
– Et si on se réveillait enfin ?

Et le conseiller Zou de conclure : « Encore faudrait-il qu’on se parle… C’est une autre histoire ! Je ne suis pas certain, tant le « fann tchou » sera de rigueur, mais j’ai de l’espoir. Que le seigneur puisse disposer le cœur de chacun, afin que vous entendiez le cri de mon cœur et les souffrances de notre population.

Kenbé fô ».

Serait-ce un cri de désespoir que lance Jocelyn Zou à travers son courrier ? Cette lettre ouverte sans langue de bois égratigne au passage une politique qui semble ne pas correspondre à ses aspirations.

S’il sort des clous de la solidarité municipale par son franc-parler et pour avoir dit, ce qu’il a sur le cœur, il risque bien d’allumer le feu de la discorde, que le manque d’eau dans la commune ne saurait éteindre. A moins qu’il n’ait pas tout dit et qu’il y a de… l’eau dans le gaz.

Affaire à suivre donc.

 

Hugues Pagesy

Previous post

B.Bellay : "Nous demandons au Préfet d’écouter les martiniquais"

Next post

George Pau-Langevin quitte l'Assemblée Nationale

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *