Société

Freddy Pater : Dans le Val d’Oise, on va voir comment on peut booster le CREFOM

C’est au Dôme de Pontoise que Freddy Pater a été investi à la tête du CREFOM 95, le 30 mars en présence du maire de Pontoise Philippe Houillon et d’Antoine Savignat député de la circonscription. Des soutiens politiques qui ne masquaient pas l’abscence des populations ultramarines de Cergy, d’Argenteuil, de Fosses, de Garges ou de Sarcelles en cette occasion. Rencontre avec le délégué du Val d’Oise.

97Land : Pouvez-vous vous présenter ?

J’ai 47 ans. Je suis originaire de la Guadeloupe par mon père et de la Martinique par ma mère. Je suis directeur d’un service client. Au niveau politique, j’ai mené campagne en 2017 aux côtés de Bruno le Maire pour les primaires puis Francois Fillon aux présidentielles. Je suis très interessé par tout ce qui concerne la culture, le social et les Outre-mer. J’ai vu que le CREFOM allait dans ce sens. J’ai décidé de les rejoindre.

97L : Quels sont vos objectifs pour le Val d’Oise ?

On va travailler sur des thématiques comme les problèmes sanitaires, le chlordecone, l’eau… On pense effectuer des interventions dans les écoles sur l’esclavage. A moyen terme nous envisageons d’organiser un salon littéraire et culturel pour faire decouvrir nos Outre-mer à tous ceux qui ne les connaissent pas.

97L : Pas d’action sociale ?

Nous n’avons pas encore travaillé dessus. Pour l’instant on n’a pas encore developpé ce domaine. Cela viendra plus tard, dans quelques mois.

97L : Cette délégation voit le jour alors que le CREFOM est pratiquement inaudible.

Justement. C’est le moment de le redynamiser. Sur le 95, on va faire des actions positives, on va voir comment on peut faire pour booster le CREFOM national pour que cette soi-disant coquille vide se remplisse et qu’on puisse enfin avoir un agitateur qui soit influent au niveau national.

97L : Que faire pour que cette « coquille vide » devienne un outil ?

Eh bien il faut la remplir. C’est tout simple. C’est le combat à mener.

97L : N’avez-vous pas peur de vous brûler les ailes ?

Non, sinon je ne l’aurais pas fait.

 

Previous post

Transparence Guyane est en ligne !

Next post

La gestion des échouages de sargasses sur le littoral guadeloupéen

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *