Divers

Franck Nicolas : Je ne conseille à personne d’entamer une grève de la faim

Aujourd’hui 24 Avril 2019, est un moment terrible pour moi, car c’est le 1er Anniversaire de ma grève de la faim… Je le sens dans ma tête, dans mon corps et dans mon coeur et ça fait très mal ! Excusez moi d’avance de ne pas pouvoir nommer tous les gens qui m’ont soutenu !!! Voici donc l’histoire de ces événements particuliers qui marqueront à jamais ma vie.

Je me souviens de cette fameuse photo, assis par terre le crâne rasé et la tête accablée qui exprimait toute ma douleur et qui a été largement diffusée par les médias. Je me souviens physiquement de la douleur au ventre provoquée par le manque de nourriture les 1er jours puis passé 10 jours ce manque qui disparaissait et cet affaiblissement total de mon corps. J’avais l’impression que je pouvais mourir à n’importe quel instant…

Je me souviens de la descente aux enfers depuis le 26 décembre 2017 (après le contrôle d’une asso) de cet harcèlement de Pôle emploi qui me réclamait 2 ans d’assedics… La coupure de mon intermittence du spectacle a déclenché une rage de dire la vérité sur le manque de visibilité du jazz-ka et des autres jazz d’outremers !

Ce fut un calvaire, avec toutes ces lettres de menaces qui n’en finissaient pas, et ma copine près de moi, qui était encore plus angoissée que moi. Tout cela l’a conduit à tomber gravement malade et 4 jours après le début de la grève de la faim, n’en pouvant plus, elle a mis un terme à notre relation. Mais moi je croulais sous les coups de fils, les interviews pour les radios, les journaux, et ce n’est que 3 semaines plus tard que j’ai réalisé qu’elle était définitivement partie,et que je ne verrais plus son incroyable beauté ainsi que son aide précieuse pour les concerts ou les enregistrements en studio, c’est très très dur de perdre une perle rare !!!

Pour en revenir à la grève de la faim, quand je l’ai annoncée sur facebook à 8h du matin, à 8h30 je recevais un appel d’Eric Delhaye de Télérama, révélant ce manque de visibilité dans les festivals et autres, des jazz issus des outremers.

Ceci a fait l’effet d’une bombe, car les autres musiciens caribéens ont confirmé mes dires (Mario Canonge, Jacques Schwarz-Bart, Magic Malik, Arnaud Dolmen). Les musiciens Réunionnais : Meddy Gerville, Olivier Ker Ourio ainsi que le flutiste Guyanais Yann Cléry  se sont joint à notre revendication ! Dans la même journée, article d’Alex Dutilh dans France Culture, interview à TSF, appel du Conseil Régional de Guadeloupe, appel de La Drac d’Occitanie, du tourneur Christophe Deghelt me proposant de l’aide. Dans les jours qui ont suivi, l’annonce de ma grève de la faim a fait grand bruit grâce au journaux TV de Guadeloupe 1ère ( Laetitia Broulhet, Laurence Téati), Martinique 1ère , France O (Nathalie Sarfati, Raymond Philogène, Kelly Pujar, Jean Louis Otvas), le collectif Radio O (Louis-Gerard Salcede ). Une multitude d’articles sont aussi sorti dans la presse écrite et beaucoup d’interviews radio m’ont été accordés au sujet de mon action pour une meilleur visibilité des musiques savantes d’Outremer ! J’en profite pour remercier tous les journalistes qui m’ont aidé dans mon action !

Un collectif à l’initiative de Serge Romana et Franck Salin a créé pour soutenir mon action, Tony Chasseur a rédigé une lettre et m’a beaucoup soutenu pendant et après cette période difficile. Des amis comme Alain Jean Marie, Thierry Gairouard, Josiane Cadeddu lnBlossom Nina, Felix Beppo m’ont contacté presque tous les jours…

J’ai reçu un soutien monstre d’amis Facebookiens connus et moins connus. Je n’oublie pas que le 1 er musicien qui m’a soutenu a été le trompettiste Stephane Belmondo, j’ai ensuite reçu les messages de tous les musiciens qui m’entourent habituellement, ça m’a fait chaud au coeur et je remercie donc tout le monde. Une intervention auprès de la ministre de la culture a été faite par la sénatrice Catherine Conconne.

Au bout de 10 jours de grève de la Faim j’ai tenu à jouer avec une chorale de Gospel à Nîmes, mais une fois dans l’église, impossible d’installer mon matos, et j’ai failli mourir sur place ! Après 20 jours de Grève de la Faim alors que je me rendais au JAM ou je donne mes cours, je me suis effondré dans ma classe et un élève de trompette Aurélien Deltoro m’a amené à l’hôpital ou j’ai passé mes derniers jours de grève de la faim…

Mon coeur ayant failli lâcher, on m’a forcé à m’alimenter de nouveau avec des cuillères de soupe ! C’est Francy Saint-Etienne , amie voyante qui m’a ramené chez moi. Après 3 semaines de grève de la faim j’ai donc recommencé à m’alimenter et j’ai très vite regagné la scène, ma véritable et unique « maison » !

Après le 23 Mai à République ou on m’a permis de jouer mon morceau fétiche « Kokiyaj » lors de la manifestation du CM98, j’ai eu la chance d’être invité à jouer grâce à Michel Reinette avec le grand pianiste Randy Weston et le contre Bassiste Alex Blake au Duc des Lombards le 26 Mai ! Randy Weston qui a disparu quelques mois après avait été touché par mon histoire et avait tenu à m’inviter à partager la scène avec lui, il voulait que je fasse 3 concerts avec lui mais mon état physique ne m’a permis d’en faire qu’un seul… Je l’en remercie infiniment et j’espère qu’il entend mes remerciements dans l’au delà.

Une Cagnotte avait été organisée par mon ami de toujours Sylvain Padra, un énorme merci à tous ceux qui comme Max Dubois Martine Chapel, Marjo Rie ou Serge Monroc ont participé à cette cagnotte qui m’a aidé à survivre dans les mois suivants mon action. Merci aux musiciens qui ont fait une version de mon morceau : « grève de la faim » comme Dédé St Prix, Kinner Brother , Yann Cléry Clerry et beaucoup d’autres…

Ma famille a été choquée par l’annonce de ma grève de la faim, mais elle m’a largement soutenu, ma mère, m’a quant à elle, aidé dans cet épreuve et dans toute l’année qui a suivi… Il n’y a pas plus important que le soutien de ses proches dans les moments difficiles de la vie…

Les grands musiciens et chanteurs de jazz de Guadeloupe Martinique Guyane et Réunion ont tenu à participer à mon nouveau concept « Jazz Kalina » pour me soutenir dans mes actions présentes et futures… J’ai reçu le soutien d’Emanuel Macron, d’Edouard Phillippe, des ministres de la culture, des outres mers et j’ai été reçu a l’assemblée nationale grâce à Keyza Nubré Grand bonheur et le Député Serva… Le point positif, est qu’en décembre dernier toutes mes dettes ont été annulées et j’ai retrouvé mon statut d’intermittent du spectacle, tout celà après un combat acharné, aussi j’ai pu constater une certaine prise de conscience au sujet des différents jazz d’outremer, mais je ne conseille à personne d’entamer une grève de la faim.

Pour ma part j’ai réalisé cette action pour défendre ma musique mais j’ai failli perdre ce qu’on a de plus précieux : la VIE..

Même si il y a eu des avancées le chemin semble être encore bien long pour que Biguine, Jazz Ka, Jazz Maloya, Jazz Bèlè, Jazz Kasé Ko etc… soient considérés à leur juste valeur et qu’on arrête de ne pas les programmer afin qu’il prennent la place qu’ils méritent dans l’Echiquier mondial de la musique…

Previous post

DES LEUCEMIES AUX ANTILLES PAR MILLIERS ?

Next post

Nina en quête d’absolu et de liberté

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *