Société

Franck BAPTISTE : la qualité de l’hébergement en Guadeloupe est notre cheval de bataille

La récente victoire des Îles de Guadeloupe aux Travel Agents Choice Awards dans la catégorie « Travel Uni Training Programme » (Meilleur Programme de Formation) en Grande-Bretagne constitue une récompense pour l’ensemble du Comité de Tourisme. Franck Baptiste, le secrétaire général nous explique cette réussite et les projets du comité.

Pouvez-vous nous expliquer les raisons du prix décerné à Londres le 2 novembre ?

« The Guadeloupe Island Expert » est un programme de formation en ligne destiné aux agences de voyage britanniques. Près de 200 agents se sont inscrits à cette formation et en juin des lauréats, tirés au sort, ont eu l’opportunité de participer à un voyage d’études afin de découvrir notre archipel. Nous avons utilisé la série « Death In Paradise » qui connaît un grand succès en Angleterre pour renforcer notre programme de formation.

travel_agents_award_logo

Quel est le bilan de TOP RESA ?

TOP RESA a a été un bon salon de professionnels. Il y a quelques années, il n’y avait pas la petite touche de proximité qui existe maintenant. Les produits touristiques de proximité y ont été présentés : le Karukera Land à Sainte anne, l’Aqualodge de Saint François un nouveau produit, le Memorial Acte et Ravine chaude un vrai patrimoine guadeloupéen dont la réouverture est prévue au 1er trimestre 2016.

C’est un atout extraordinaire avec tous ces accompagnants et la collectivité CAP Excellence, Pointe à Pitre ville d’art et d’histoire. Les professionnels ont vu des valeurs ajoutées pour consolider les atouts que vous connaissez déjà : les chutes du Carbet, la Pointe des Châteaux, la Soufrière, la montagne, les sorties en canoë kayak dans la mangrove, le bain de Babin à Morne à l’Eau, le canal des Rotours… A travers tous ces atouts, la Guadeloupe s’est bien positionnée. Et je rappelle qu’en terme de croisière, nous sommes 2ème dans la Caraïbe.

aqualodge

Aqualodge à St François

L’ouverture de votre Antenne dans le 9ème à Paris répondait-elle à une nécessité ?

Oui. Tout d’abord, il nous fallait des bureaux plus fonctionnels. Ensuite, nous avions besoin d’une antenne digne de ce nom afin de donner plus d’informations au tout public quand il vient discuter et échanger et qui permette aux professionnels à l’affut de nouveautés d’être immédiatement informés sur la destination Guadeloupe. Au niveau des ressources humaines, nous avons un personnel adéquat, une directrice qui pilote ce personnel pour les salons en Province. Vous devez savoir que nous avons un correspondant en Allemagne Mr Boucard et un représentant en Italie.

On parle beaucoup des potentialités touristiques américaines. Pensez-vous ouvrir une antenne aux USA ?

Pour les Etats-Unis, il est prévu que nous ouvrions un bureau à New York. Mais nous avons tout de même un correspondant. Vous imaginez bien que cela représente un budget assez conséquent. Nous avons lancé une campagne de promotion sur la Guadeloupe à la télévision. Nous avons aussi lancé une campagne sur Radio-Canada de septembre à la mi octobre et des spots sur  qui se poursuivront jusqu’en novembre et enfin un jeu-concours avec à la clé deux séjours en Guadeloupe qui a très bien fonctionné.

Quel type de tourisme attendez-vous ?

Nous comptons beaucoup sur le tourisme d’affaire. En terme d’hôtellerie, nous avons une petite lacune, il nous manque un hôtel haut de gamme pour cette clientèle américaine avec la Créole Beach, le Caraïbes Royal et la Toubana complétés par la gamme moyenne le Club Med et Pierre et Vacances.

Ensuite notre clientèle majoritaire et cela fonctionne bien c’est l’hébergement de proximité, cela concerne les gîtes de France, les chambres d’hôte et les meublés touristiques. Les gens aiment être indépendants.

bannieregofficedetourismedelaguadeloupelocation

Qu’en est-il pour les locations personnelles non déclarées ?

Nous avons un problème avec ces gens là et nous sommes en train d’y mettre de l’ordre. Je prends ma casquette de président de la Fédération des Offices du Tourisme, vous savez que ce sont les maires qui ont la responsabilité de veiller à ces hébergements de proximité sauvage, il faut le dire.

Nous avons mis en place un système avec un cahier des charges pour qu’on suive véritablement ces hébergements de proximité. Nous préconisons aux offices du tourisme d’informer sur les responsabilités de l’hébergeur.  Il y a aussi la taxe de séjour qui souvent était au forfait et qui passe au réel.

Les gîtes ont leur label. Par contre pour les meublés, les maires et leur police sont incités à obliger ces gens qui font de la publicité sur internet à se déclarer. Il y va de la qualité de l’hébergement en Guadeloupe. C’est notre cheval de bataille.

 

 

 


 

Previous post

QUAND LE THEATRE FRANCAIS NIE LE TALENT DES ACTEURS NOIRS

Next post

Guadeloupe : A l'eau ?

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *