CultureDivers

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM EN GUADELOUPE

 

La Région et l’association ICM (Image et culture du monde) organisent la 21e édition du Festival régional et international du cinéma de Guadeloupe du  vendredi 13 au samedi 21 mars 2015 et mettent à l’honneur la cinématographie légendaire du Chili.                                                    

Des séances de projections seront organisées en partenariat dans les villes de Deshaies, Trois-Rivières, Sainte-Anne, Morne-à-L’Eau, Abymes, Baie-Mahault, Lamentin, Gosier, Saint-françois, Anse-Bertrand et de Saint-Louis à Marie-Galante.

Le FEMI célèbre le cinéma caribéen dans toute sa diversité avec :

Une diffusion de 60 films de réalisateurs des Antilles-Guyane et de la Caraïbe, d’Amérique latine (Chili, Colombie).

Cette compétition récompensera des réalisateurs originaires ou vivant dans la Grande Caraïbe à travers 8 prix dont le GRAND PRIX, le PRIX SPECIAL du jury et le Prix Espoir pour les longs-métrages.

Les jeunes de la Mission locale et de l’École de la 2e chance bénéficieront d’un Pass festival gratuit tandis que les scolaires ainsi que les détenus de Baie-Mahault et de Basse-Terre verront une sélection puis échangeront avec

les professionnels pour des débats.

La programmation se compose de trois sections  :

– -Cinéma des Antilles-Guyane et de la Caraïbe

– Fenêtre sur l’international (Panorama de la production internationale, films primés dans les grands festivals internationaux)

– Le cinéma du pays à l’honneur qui est la section thématique propre à chaque édition.

 

Human traffic un documentaire

Human traffic un documentaire

 

HUMAN TRAFFICKING a retenu notre attention. C’est un documentaire de 2014. Le réalisateur Luis Rosario Albert aborde le sujet de la traite humaine, deuxième crime le plus lucratif dans le monde. Le commerce humain à Porto Rico et dans la Caraïbe est une réalité quotidienne.

Corollaire du festival, la 6e édition du  marché international du film et de la télévision caribéens se tiendra du 11 au 14 mars 2015.

Previous post

LE FESTIVAL DE JAZZ DE SAINTE LUCIE

Next post

MARTINIQUE : "QUAND L'ART SE FAIT FEMME"

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *