Divers

Femme de Guadeloupe, la véritable Mathusalem ?

On en sait très peu sur cette découverte archéologique qui remonte pourtant au début du XIXe siècle. En 1810, la flotte anglaise s’empare de la Guadeloupe. Parmi les nombreux trophées locaux capturés par les Britanniques et emmenés en Angleterre, une dalle en calcaire sur laquelle est gravé le squelette d’une femme de taille importante.

Ramené au British Museum en 1812, lors d’une exposition, le scientifique Karl König l’examine et rencontre des problèmes de datation, confirmant qu’il s’agit d’un squelette de type moderne, mais admet ne pas pouvoir déterminer son ancienneté, avant d’être rangé et stocké dans les collections du musée.

La découverte de Néandertal et l’acceptation de la théorie de Darwin viendront à partir de 1857. Vers la fin du XIXe siècle, Femme de Guadeloupe, attire l’attention des créationnistes (partisans de la théorie divine de l’origine du monde et de l’homme) qui s’opposent à l’évolution. Selon eux, ce squelette humain très ancien et pourtant tout à fait moderne confirme leurs croyances et appartient à une femme qui vivait avant le déluge.

La datation moderne de cette couche indique 28 millions d’années, soit 25 millions d’années avant l’apparition de l’homme en tant que tel. Il est mentionné sur le site Web officiel du British Museum jusqu’en 2006, mais a été supprimé depuis et il n’en existe que deux photographies connues : une en noir et blanc, réalisée au début du XXe siècle, l’autre en couleur du milieu du XXe. De quoi renforcer les soupçons des adeptes de la théorie du complot.

Robert Kruszynski, du National Museum London est le dernier à l’avoir examiné : « Nous conservons cet ensemble de restes humains qui provient de l’île de la Grande Terre, en Guadeloupe. Il s’agit d’un squelette humain dépourvu de son crâne et de tous ses os de pied, avec tous les os postcrâniens disponibles encore partiellement encastrés dans un bloc de calcaire oolithique. Il est stocké et sélectionné ici dans notre collection spéciale. Il a été découvert en 1812 et présenté au British Museum en 1813 par Sir A. Cochrane, R. N., qui était à l’époque l’un des seigneurs de l’amirauté. En 1881, il fit partie de la collection de base de ce musée. Il a été initialement enregistré sous le numéro M 16820, puis en 2006, a été réenregistré sous le numéro PA HR 4128. En 2006, j’ai personnellement pesé le bloc de calcaire contenant ce squelette partiel qui pesait environ 230 kg. La même matrice contient un certain nombre d’autres squelettes humains (éventuellement six) qui étaient (à l’époque du moins) également partiellement intégrés dans du calcaire oolithique et ceux-ci sont maintenant conservés dans un musée à Paris. Des travaux paléontologiques et minéralogiques ont été effectués sur le bloc que nous avons, qui n’indique rien d’inhabituel. Un plan est en cours pour réaliser une datation absolue sur les os de ce squelette. « 

Il semble plus vraisemblable que ce squelette, au maximum du 15e siècle, soit accidentellement tombé dans la couche de calcaire, le manque de datation fiable permettant les hypothèses les plus fantaisistes. Il n’en demeure pas moins que cette femme restera l’anonyme la plus célèbre de Guadeloupe.

Previous post

Indemnisation du préjudice moral des personnes exposées

Next post

France Télévision a peur du Noir

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *