Carte blanche à

Éthique et politique

Le cœur des hommes a cessé de battre à l’unisson dans cette nation qui servit longtemps de phare éclairant le monde. Les hommes ont cessé de croire en la valeur individuelle et le peuple se désespère sous les cris effrayés des plus faibles.

Chacun cherche en l’autre le coupable qui portera le fardeau de la division en se soustrayant de sa propre faute. On désigne, on pointe du doigt son voisin, on l’assassine. Cet homme est coupable car il est le crime et manque d’éthique.

Cela, c’est la France d’aujourd’hui qui perd pied et appelle un sauveur tout en ne croyant pas à l’homme providentiel.

A la veille d’une année politique compliquée où, une fois de plus, nous aurons à faire des choix qui engageront l’avenir, aussi bien pour la primaire de la droite et du centre que, plus tard, pour l’élection présidentielle, n’oublions pas de faire avant tout le choix de L’éthique.

En abordant le thème de l’éthique en politique, je n’entends pas, comme certains le pensent déjà en salivant, placer mon propos sous l’angle facile de la dérive financière de quelques uns au mépris de l’immense majorité de ceux pour qui l’argent n’est pas le moteur essentiel de la vie.

Même si je condamne toutes dérives financières, je préfère regarder le tréfonds de ce qui divise et laisser à la justice le soin de dire le droit pour les affaires pendantes dont elle à la charge.

Parler d’éthique pour moi, ce n’est pas faire référence non plus à l’ordre moral de Rousseau mais bien parler de nos valeurs communes, de nos idéaux et de la déontologie.

L’éthique pour moi doit servir avant tout à replacer les fragments de notre société dans un ensemble pour retrouver une cohérence quand le crépuscule des barbares jette son ombre sur notre démocratie.

Inséparable de la philosophie et de l’histoire du peuple français, l’éthique est ce qui doit à nouveau permettre à nos hommes politiques d’agir avec la conscience d’une action sociale responsable.

Que dire de l’éthique et comment rassembler les français?

Ni philosophe, ni moraliste, je ne me lancerai pas dans les anaphores pour ne pas faire pendant à celles, si décalées de 2012, dont le souvenir nous hante chaque jour encore et ont séduits une majorité de français pour notre plus grande désillusion.

Mais, puis je refuser de dire que l’éthique pour un homme politique c’est d’avoir l’œil près du cœur et de savoir gérer les contraires pour que, comme à la table père, chacun ait sa part et que tous l’aient tout entier?

L’éthique, c’est refuser de diviser le peuple en catégories, en clans, en coteries, en diversités qui ne s’assemblent pas, au risque de transformer la France en cour des miracles où seule la loi du plus fort règne.

L’éthique, c’est dialoguer avec les français et les interroger par référendum sur des sujets de société très clivants et non leur imposer une vision idéologique même si nous sommes persuadés que c’est le bon sens.

L’éthique, c’est encore ne pas décourager la jeunesse en lui laissant entendre qu’elle ne doit plus avoir droit au rêve dans ce pays qui reste encore la cinquième puissance économique et la deuxième puissance maritime mondiale, grace à l’outre mer, et qui, par le passé, a affronté avec succès des situations autrement plus difficiles.

L’éthique, ce n’est pas donner d’une main ce que l’on reprend au centuple de l’autre en frappant avec une rudesse sans pareil les plus démunis.

L’éthique, c’est pour la classe politique, abandonner cette condescendance qui frise le souverain mépris à l’égard des français originaires de l’outre mer en confiant à des produits dérivés rencontrés au croisement d’un couloir, ou à une virago au grand charme, le soin de les représenter en mettant de coté des citoyens de valeur.

C’est encore cesser de parler «des outre mers» qui n’est qu’une litote qui nous éloigne encore plus de l’ensemble national alors que déjà le terme «Départements d’outre mer» est impropre. La France doit toujours être Une et indivisible.

L’éthique, c’est aussi refuser de faire de l’électoralisme de bistrots en prônant une assimilation de dupe. L’assimilation est une posture philosophique qui n’entraîne que des névroses car on demande à l’individu de chasser de sa mémoire un passé qui à été son principe de vie pendant une longue période. La mémoire étant rebelle par nature elle reviendra incessamment hanter l’être et le torturer jusqu’à le rendre parfois asocial. A l’assimilation, je préfère l’intégration qui est un acte délibéré qui construit une personnalité épanouie qui a fait un choix d’appartenance.

Il est certainement  meilleur de remettre dans notre quotidien, en particulier dés le premier apprentissage scolaire, les éléments historiques qui ont été à la base de la constitution de la société française.

L’éthique, ce n’est pas non plus faire croire que la France d’aujourd’hui s’est construite autour des gaulois et de Vercingétorix qui n’était qu’un chef de tribu, mais par la résistance de Clovis,  roi des Francs en 481, aux Huns d’Attila, ce «Fléau de Dieu» comme lui même se nommait, qui pensaient, après la chute de l’empire Gallo-Romain, conquérir toutes les provinces de la Gaule pour en devenir les maîtres suprêmes.

La notion de France gauloise n’est apparue qu’au 19ème siècle pour faire consensus dans la nation.

Je m’arrête là car  je ne veux pas faire un inventaire à la Prévert sur l’éthique, je veux seulement dire qu’il est temps qu’en France on redonne à la politique toute la noblesse de son objet: c’est-à-dire, s’attacher au bien de tous pour améliorer le collectif et l’an prochain, faire le choix de celui qui aura un projet pour le pays en gouvernant jusqu’au bout sans se préoccuper de sa réélection.

José Vatin.

 

Previous post

Tempête tropicale MATTHEW : Dernière minute

Next post

Confondu avec un voleur de vélib, il se fait tabasser par la police

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

1 Comment

  1. PLATOF
    octobre 1, 2016 at 09:39 — Répondre

    Voeu pieu ! Il faut oser y croire. Qui encore nourrir quelque espoir en ce systeme politique construit, entretenu par des hommes et femmes totalement corrompus ?

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *