Société

Encore un barrage en Guadeloupe

Ce mercredi matin 18 janvier aux premières lueurs de l’aube, il était difficile de traverser le petit pont de la Rivière moustique au lieu dit Les Galbas pas loin de la zone commerciale de Nolivier Morne Rouge à Sainte Rose.

barrage 5

Credits photos : Alain Hannibal

En effet un barrage hermétique était érigé par le comite de défense mobile afin de revendiquer leur mécontentement envers les dossiers administratifs sur les 5o pas géométriques. Des conflits qui perdurent et gênent considérablement les usagers de la route lorsque ces derniers sont surpris par ces mouvements sociaux.

On ne pouvait réellement pas circuler dans les deux directions sur la RN2 dans la direction de Sainte Rose-Deshaies ou vers Pointe à Pitre. D’importantes files de voitures longeaient la route après le pont de la boucan, d’ou un embouteillage monstre sur cette portion de route.

barrage 3

Finalement après des tractations sur le terrain avec les porte-paroles et avec la présence des forces de l’ordre, le barrage a été levé entre 1o h 3o et 11 h oo, permettant ainsi aux usagers de la route de pouvoir circuler librement et sans contraintes vers leurs lieux de travail.

Reportage Alain Hannibal photo-journaliste 


Communiqué Préfecture

Barrage à Sainte-Rose : le préfet fait procéder à sa levée

barrage 1

Ce mercredi 18 janvier à 4h30 du matin, une trentaine de personnes a mis en place un barrage sur la route nationale 2 à hauteur du pont de la rivière Moustique, section Viard sur la commune de SainteRose, pour protester contre la gestion foncière de la cité Charles-Gabriel.

Ce blocage a entraîné en moins d’une heure un arrêt total du trafic dans le Nord Basse-Terre, sans possibilité de mise en place de déviation afin de désengorger les axes routiers. Ce délit d’entrave à la circulation a également entraîné la suspension des transports scolaires, sans compter les conséquences pour l’ensemble de la population du Nord Basse-Terre et notamment la population active.

Ce blocage fait suite à un premier blocage le 11 janvier 2016, avec les mêmes revendications auxquelles les autorités locales et les services de l’Etat ont répondu avec diligence. A

u regard de cette situation, et après une première tentative de négociation, le préfet a ordonné l’emploi de la force publique pour rétablir la circulation. Le préfet dénonce avec la plus grande fermeté ces occupations de voie publique et précise que les infractions délictuelles relevées sont systématiquement transmises au Procureur de la République. Ces méthodes de blocage nuisent directement à la sécurité des Guadeloupéens car les unités engagées sur ces manifestations sont autant de policiers et de gendarmes en moins sur le terrain de la lutte contre la délinquance.

Previous post

Peu d'espace pour Miss France dans Touche pas à mon Poste

Next post

Martinique : « Ose ! Le rendez-vous des entrepreneurs »

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *