Société

ELLE AVAIT 22 ANS…

Elle venait de la commune de Sainte-Marie de la Réunion. Elle était jeune, amoureuse, elle avait décidé de suivre son compagnon Ludovic en métropole. Les deux tourtereaux, lui apprenti-boulanger, elle désirant achever sa formation d’esthéticienne, pensaient fuir le chômage de leur île. Installés dans la région de Villeurbanne depuis moins d’un an, le rêve s’est transformé en cauchemar.

Vendredi 8 janvier, vers 21 heures, le corps lardé de 120 coups de couteau d’une jeune femme était retrouvé au square Ferréol, rue de l’Avenir à Villeurbanne par un agent de sécurité. Le lendemain, Ludovic Mithra, champion réunionnais de kick-boxing en 2012, de Saint Denis, se présentait à la police pour signaler la disparition de son amie. Ses plaies aux mains et les incohérences de ces déclarations alertaient les policiers qui procédaient à une perquisition à son domicile. Sur place, les enquêteurs découvraient des traces de sang. Le Réunionnais ne tardait pas à avouer avoir tué son amie.

Domestic-Violence jpg 1

Une violente dispute aurait éclaté à leur domicile. Le jeune homme de 23 ans, aurait d’abord roué de coups sa compagne, puis se serait saisi d’un couteau de cuisine, poignardant sa fiancée à de multiples reprises notamment au thorax et à la tête. Constatant sa mort, il aurait ensuite déplacé son corps au pied du périphérique de Lyon avant de se rendre chez son frère. Ecroué lundi soir et mis en examen pour assassinat, il risque la réclusion à perpétuité.

« Elle était pleine de vie. Elle aimait la mode. Elle avait pas mal de projets en tête. Elle l’avait rencontré en 2012 » confie sa mère Mimose Angarna. Du côté de Ludovic, son image de garçon gentil et sportif se fissure, les langues se déliant. Il aurait déjà frappé sa mère et la meilleure amie d’Ingrid parle de menaces de ce dernier envers sa compagne.

Drame de la violence, de la volonté de dominer celle que l’on déclare aimer. Une tragédie vécue au quotidien dans nos départements et dans l’hexagone, du harcèlement aux sévices. Elle était réunionnaise, elle aurait pu être guadeloupéenne, guyanaise, martiniquaise…

Afin de permettre à sa mère de la voir une dernière fois, pour aider à financer les billets, vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

https://www.leetchi.com/c/solidarite-de-ingrid-5650384

 

Previous post

LE PRESIDENT DU CREFOM, TOUJOURS DANS L'OPPOSITION ?

Next post

SAINTE ROSE : PEUR SUR LA VILLE

Joël DIN

Joël DIN

1 Comment

  1. Lorie
    janvier 13, 2016 at 09:35 — Répondre

    Triste ! Paix à son âme ! Et que ce gars fasse de la prison longtemps

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *