Société

Elections régionales : Et le gagnant est…..

A la veille du deuxième tour des élections régionales, les esprits s’échauffent de plus en plus et désormais les électeurs se trouvent dans un sens giratoire. Ils tournent en rond et ne savent plus comment sortir de cet imbroglio médiatico-politique dans lequel ils sont empêtrés. La vraie question finalement est la suivante : pour qui voter et pour quelle politique ? L’électorat est tellement divisé que personne ne peut apporter une réponse à cette interrogation.

Qui est le meilleur des deux prétendants ? C’est moi crie l’un, non c’est moi hurle l’autre et chacun avance ses pions sur un échiquier pipé d’avance puisque les projets à réaliser, mille fois répétés durant la campagne ne seront pour la plupart que souvenirs d’ici quelques temps.

On voudrait croire les hommes politiques quand ils nous disent qu’ils ne veulent que notre bien, que s’ils se présentent aux élections c’est parce qu’ils veulent plus de justice, plus d’égalité, moins de chômage, plus de pouvoir d’achat et patati et patata. Qu’ils seront là juste pour un mandat, le temps de remettre un peu d’oxygène dans le systême, de mettre de l’huile dans la mécanique. Seulement on se rend vite compte que c’est du gaz carbonique qu’ils nous insufflent, reniant leur discours de campagne qui leur donnait selon eux la possibilité de transformer le fer en or. Alors seront déçus seulement les crédules qui auront oser croire qu’on raserait gratis une fois l’élection passée. Mais l’appetit venant en mangeant, tous les hommes politiques vous le diront une fois élu : « un mandat c’est peu pour faire du bon travail, aux prochaines élections, il faudra ajouter une petite rallonge supplémentaire », autrement dit à les élire à nouveau alors qu’ils n’auront rien fait où presque pendant des années.

Pourtant quelque part, les choses sont bien faites, car voilà que dans l’isoloir, il n’y a plus de candidat, plus de campagne, plus de promesses. Le bulletin que vous allez glisser dans l’enveloppe avant de la mettre dans l’urne a tous les pouvoirs et vous en êtes le seul détenteur. C’est vous qui décidez à ce moment précis, celui que vous allez faire rire ou faire pleurer, celui qui sera le gagnant ou le perdant. Car forcément il y en aura un.
Samedi soir alors que les chargeurs seront vides et les couteaux rangés, le lendemain dimanche pour les candidats sera leur jour le plus long.

Mais à 20 heures on pourra tous crier : le vainqueur est…

C’est tout pour le moment !

Previous post

La période de la transhumance politique

Next post

UN MARTINIQUAIS AUTEUR DE COUPS DE FEU A ARGENTEUIL

hugo FRAN

hugo FRAN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *