EvénementsSports

Edgar Gene : Aucun média ne parle de mon fils Yohann

Nous avons retrouvé Yohann après la dernière étape félicité par les siens. Fidèle à sa réputation d’homme discret, il se livre peu. Son père lui, regrette le manque d’enthousiasme autour de sa personne.

Gene 1

Si le final de cette grande boucle lui laisse un gout amer  « Coquard a pris panne à 2 kms de l’arrivée et moi j’ai déraillé dans le virage. Mais c’est la dure loi du sport », le bilan est pour lui plutôt positif. Il se montre par ailleurs satisfait du soutien reçu « Je me répète encore. Il y a de plus en plus d’antillais notamment en montagne, au fil des années. Vous ne pouvez pas savoir comment le fait d’entendre des encouragements vous permet de donner un coup de pédale supplémentaire. »

Le secret de sa concentration au fil des 21 étapes ? du dancehall dans ses écouteurs, Admiral T revenant en boucle.  Sa date de retour en Guadeloupe n’est pas encore déterminée, la saison cycliste pas terminée. « Mais comme d’habitude, il devrait y avoir de l’ambiance » nous confie-t-il malicieusement.

Les amis venant depuis la Guadeloupe

Les amis venus spécialement depuis la Guadeloupe

A quelques mètres de lui, son père Edgar, au visage empreint de fierté mais aussi regrettant la non médiatisation de son fils.

97L : Quel effet cela fait-il de voir son enfant franchir la ligne d’arrivée aux Champs Elysées ?

C’est un très grand honneur pour toute la famille. Vous voyez nous sommes là pour lui montrer notre affection. C’est son 6ème tour et tout le monde ne dit que du bien de lui dans son équipe : son professionnalisme est loué.

97L : Il est pourtant peu connu au pays…

Peu connu non mais peu reconnu. Ça me fait mal au cœur pour lui. Yohann est venu en France je ne sais plus il y a combien d’années et a fait plusieurs tours de France. On ne parle jamais de lui comme s’il n’était pas guadeloupéen. On parle de gens qui courent à pied, de gens qui marchent en chemin, ceux qui « halent des animaux » mais Yohann qui fait du sport est mésestimé chez lui.

97L : Peut-être parce qu’il a peu couru en Guadeloupe ?

Mais il n’a quitté la Guadeloupe qu’à 16 ans ! Il a été champion cadet, champion junior et s’est classé 5ème aux championnats de France. Il est venu ici pour progresser.

97L : Comment était-il petit ?

Je me souviens de lui jouant autour de la maison : un garçon gentil, timide, réservé mais surtout sérieux. Il l’a toujours été, c’est sa caractéristique.

97L : De quoi parlez-vous en dehors de cyclisme ?

Il vient 2, 3 fois par année quand il ne court pas. Il est très famille. Il discutera avec ses frères Fabrice, Nigard et Raynal, ses cousins Eddy, David, Joël de sport, de musique mais aussi de tout et de rien. Il débarque et dès le lendemain, on a l’impression qu’il a toujours été là. Il aime se ressourcer, marcher en Guadeloupe, retrouver ses connaissances…

97L : Un message à faire passer ?

Yohann est un guadeloupéen. Pourtant en dehors de la famille, des amis proches, et du club de supporters bien sur, aucun média ne parle de Yohann. Le Tour dure 3 semaines, il a droit a peut-être une interview voire deux. Je vois que les étrangers les plus modestes du peloton ont des directs quotidiens car ils représentent leur nation dans la plus grande course cycliste au monde. Le cyclisme professionnel est un sport d’équipe, si on ne sait pas cela on ne peut pas comprendre son rôle dans le peloton.

Previous post

Félicitations de la ministre des Outre-mer à Teddy Riner

Next post

Egalité réelle : les Réunionnais seront-ils encore longtemps maintenus dans l’ignorance ?

h J

h J

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *