Société

ECOLOS CHERCHENT SENATEUR ULTRAMARIN DESEPEREMENT

Jean-Vincent Placé entré au gouvernement, les sénateurs écolos ne sont plus que neuf. Or il faut être dix pour se constituer en groupe. Le groupe écologiste du Sénat est donc menacé de disparition. Où trouver le sauveur ? Peut-être du côté des Outre-mer.

Le groupe écologiste du Sénat a été constitué le 11 janvier 2012, sous l’impulsion de Jean-Vincent Placé, disposant de temps de parole officiel avec des collaborateurs et des bureaux.

Les écologistes jouent leur survie en tant que groupe et sont donc à la quête d’un sénateur. Après avoir noué des contacts à gauche comme au centre, ils lorgneraient du côté des ultramarins apparentés PS dans la mouvance de la COP 21. Des approches, semble-t-il non fructueuses devant le peu d’enthousiasme des nominés.

Car les chasseurs de tête se trouvent confrontés à de nombreux handicaps : l’image catastrophique de leur groupe dans l’opinion, le peu d’intérêt pour un élu à quitter le confortable giron socialiste. L’argument de la visibilité lors des questions au gouvernement ne convainc pas non plus; les ultramarins moins présents de par leurs nombreux voyages et plus sensibilisés par les problèmes de leur population. Et du côté des socialistes, on assiste à l’agonie des écologistes sans une once de pitié. La volonté de François Hollande de les réduire au silence semble aboutir.

« Ça m’étonnerait qu’un camarade des Antilles franchisse le pas. On est apparenté PS et on s’y sent bien. On ne voudrait pas qu’on pense que les élus d’Outre Mer sont achetables. On a des valeurs » résume Georges Patient, sénateur de Guyane à Public Senat.

Le candidat au profil idéal n’a donc pas encore été trouvé. A moins que…

Previous post

LES RESULTATS DU GP FEWOS MARTINIQUE

Next post

MALAISE ENTRE OUTRE-MER 1ere ET LE CREFOM

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *