Société

Diviser pour mieux regner ?

Diviser pour mieux régner est une stratégie vieille comme le monde qui consiste à opposer les éléments d’un tout pour les affaiblir. Et la stratégie Macron en matière de commémoration a parfaitement fonctionné.

Cette cérémonie du 10 mai à l’occasion de la journée nationale de l’abolition de la traite et de l’esclavage au jardin du Luxembourg était de niveau ligue 2, bien calme, loin de l’agitation de l’année dernière avec les deux présidents et de la solennité de celle du Panthéon menée de « main de maître » (jeu de mots osé) par Emmanuel Macron le 27 avril dernier.

La présence du Premier ministre accompagné par le premier Vice-président du Sénat n’a pas provoqué de mouvements de foule. France O et Public Senat à la manoeuvre dans un direct monotone, peu d’images sur les autres chaînes, peu d’invités (volonté délibérée ?).

En squeezant cette cérémonie du 10 mai sans désavouer celle de Claude Ribbe, en rappelant la date du 23 sans citer le Comité Marche à l’initiative du Memorial des 200 000 noms, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont parfaitement manoeuvré. Ils se sont créés leur propre espace mémoriel, tirant les ficelles dans cet « archipel de dates » pour reprendre l’expression du Premier ministre.

Christiane Taubira déclarait sur l’absence d’Emmanuel Macron : « Il faut prendre acte du fait mais aussi s’en affranchir ». Affranchissons-nous donc de la figure tutélaire du maître. Qui sont les descendants d’esclaves et qui mieux qu’eux peuvent se mobiliser ?

Previous post

L'allocution de Claude Ribbe place du general Catroux

Next post

VIENS MON CHER CHEVAL SAUVAGE...

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *