Société

Quels touristes aux Antilles en juillet août ?

Où partir sans danger cet été ? C’est l’interrogation majeure dans les foyers français. Les Outremers pourraient tirer leur épingle du jeu. Mais tout n’est pas si simple.

Alors qu’Edouard Philippe en déclarant dimanche dernier : « Je crains qu’il ne soit pas raisonnable d’imaginer voyager loin à l’étranger très vite » a fait frémir les acteurs du marché du tourisme, hier, au Parlement européen, le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton a dit espérer « recommencer à voyager dès cet été ».

Tourmag, le média des pros du tourisme, table désormais sur des vacances dans l’Hexagone, et interroge ceux qui rejoignent le hashtag #PartezenFrance. Les Outremers semblent une solution de repli raisonnable pour une clientèle avide de soleil et de sable chaud.

Pour Jean-Pierre Mas, Président des Entreprises du voyage « La France est vaste et diverse : la métropole certes, mais aussi la Corse, la Réunion, les Antilles, la Guyane, la Polynésie… De quoi rêver un peu du fond de notre confinement en attendant la sécurité sanitaire qui nous permettra de transformer nos rêves en vacances ».

Adriana Minchella Presidente du CEDIV Centre d’Etudes Des Indépendants du Voyage tient le même langage « Si les départements d’Outre-Mer sont ouverts à la libre circulation de nos concitoyens, nous pourrons y ajouter des forfaits avec de l’aérien et renouer ainsi les partenariats avec nos compagnies françaises qui desservent ces destinations ».

Pour Jean Pierre Mas « il est évident qu’il aura des freins psychologiques notamment sur la promiscuité dans des environnements clos comme les avions ». Une nouvelle bataille en perspective donc dans le domaine aérien.

Air France distribue désormais à la porte de l’avion des masques aux clients qui n’en possèdent pas, communique sur le système de recyclage de l’air constitué de filtres anti-covid identiques à ceux utilisés dans les blocs opératoires et le nettoyage systématique de toutes les surfaces de contact dans l’avion. Les autres compagnies devraient opter pour les mêmes mesures.

Autre problème. « Le déconfinement sera vraisemblablement assorti d’un contrôle sanitaire et d’un protocole comme la prise de température avant de prendre l’avion » reprend le Président des Entreprises du voyage. »Ce peut être un frein mais aussi un facteur de confiance pour rassurer les touristes ».

Un enthousiasme à tempérer. Beaucoup de potentiels candidats au voyage verront leurs vacances amputées suite aux jours déjà pris lors du confinement. Et la tendance ne serait-elle pas à des séjours régionaux à coût modéré cet été avec l’ambition de voyager à la Toussaint ou à la Noël pour une destination plus lointaine ?

Enfin les hôtels et restaurants des îles auront-ils le temps de répondre à la demande sanitaire nouvelle ? Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a pu définir les souhaits des vacanciers pour l’été 2020 « une demande de propreté, de transparence, d’accès aux soins, beaucoup plus importante”.

Il reste aussi à suivre l’évolution de la pandémie dans les Caraïbes et dans l’océan Indien, l’adaptation de la quatorzaine mise en place au moins jusqu’au 11 mai. Sa prolongation condamnerait la saison déjà bien compromise. Mais l’annonce de la levée de l’interdiction de baignade à St Barthélémy, alors que le confinement se poursuit, a fait le tour des opérateurs, même si l’installation durable sur la plage n’est pas à l’ordre du jour. 

Previous post

2 mesures pour les étudiants ultramarins actuellement dans l’hexagone

Next post

FEDOM : la hausse du prix du fret aérien parfois multiplié par 3, est un problème majeur

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *