Société

J.J. Seymour : « La délégation à l’égalité des chances doit servir à autre chose qu’à offrir des récompenses »

L’ėditorial de notre confrère écrivain Jean-Jacques Seymour sur les ondes de Tropiques Fm.

Malaise et controverse au sein de la communauté ultramarine après la nomination au poste de délégué interministériel à l’égalité des chances des français d’Outre mer de Maël Disa, référent territorial en Guadeloupe de LREM.

Certes, les nominations partisanes sont normales. Elles sont normales parce qu’elles sont la norme actuellement.

Il est admis, lorsque des nominations sont faites à des postes de délégués, de prendre en compte le facteur de confiance, car les titulaires seront la courroie de transmission des priorités définies par le gouvernement. Cela va, pourvu que les personnes choisies soient compétentes. Or, il y aura ici toujours moyen de soulever un doute. On peut toujours démontrer qu’il y aurait eu candidats plus compétents.

Tout le monde sait, dans le microcosme associatif des outremers qu’il y avait des candidatures possibles ici et, que selon toute apparence, elles ont été court-circuitées par la filiation politique. Une filiation guadeloupéenne qui a pousé le bouchon très loin. Dans ce cas Maël Disa ne doit pas oublier que qui prend un ascenseur politique pour accéder à un poste pourra le reprendre le lendemain d’une élection.

Ici, la filiation partisane a été le critère de sélection déterminant. «Les nominations partisanes et les cadeaux aux petits amis, c’est terminé» avait déclaré le Président de la République il y presque 3 ans.

Il n’y a pas de nominations partisanes acceptables. Elles sont toutes condamnables.

La question que pose cette nomination porte moins sur les attentes de M. Disa que sur celles du gouvernement. Veut-on qu’il soit un délégué actif, présent à la fois sur les tribunes comme dans les affaires courantes pour en infléchir radicalement les orientations ?

La délégation qui appartient à toutes les communautés (ce qu’avait compris et façonné le premier délégué Patrick Karam) doit servir à autre chose qu’à offrir des récompenses politiques.

La nomination honorifique est sans odeur et sans gloire.

Mais est-ce vraiment de cela dont la communauté a besoin ? C’est un véritable camouflet pour les ultramarins de l’hexagone et un véritable mépris pour les associations des outremers qui de Paris à Marseille en passant par Bordeaux et Toulouse mettent en avant leurs compatriotes et leurs cultures depuis des décennies.

Jean-Jacques Seymour

Previous post

CHAUFFEUR A BAIE-MAHAULT ET MENACE POUR LA DEMOCRATIE ?

Next post

Clémence Botino : Je suis rentrée chez moi, maintenant mon année peut commencer !

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

2 Comments

  1. Frederic
    janvier 21, 2020 at 08:53 — Répondre

    Je suis d’accord avec monsieur Semour. Il y a des gens compétents dans l’hexagone sans chercher à planquer un ami.

  2. Sylvia
    janvier 24, 2020 at 09:08 — Répondre

    Mais il ne peut etre pire que Mormeck dont le seul fait d’arme a été d’avoir été accompagné par Alexandre Benalla. Et lui avait été adoubé par Karam, Pau Langevin, Valls, Hollande… Ou à l’époque Claudy.
    Cette délégation ne sert à rien. C’est de la poudre (de perlinpinpin) .

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *