Société

de Tahiti au Fouquet’s

Rencontre avec Florian un étudiant en BTS Hôtellerie Restauration option Art culinaire, Art de la table et du Service au CFA Mederic, apprenti au Fouquet’s depuis septembre 2014 délaissant Papeete.

 

Qu’est ce qui t’a amené à choisir cette voie ?

Manava (bonjour) ! ‘O Florian Camus au (Je me nomme Florian Camus). J’aime bien manger et j’adore le contact avec la clientèle. Je crois que dans ces métiers, il faut avoir un bon cœur et une belle âme, être un épicurien travailleur. C’est un métier physique, il ne faut pas se le cacher et faire preuve d’empathie pour la personne en face de soi.

Comment passe-t-on de Tahiti au Fouquet’s ?

J’ai vécu en en Polynésie française à Pirae de 2006 à 2009. J’ai eu la chance d’être adopté par une famille tahitienne qui m’a appris la culture polynésienne. De retour en France, c’est une opportunité que j’ai eue en cherchant une entreprise en alternance. J’ai postulé au Fouquet’s et j’ai été accepté. Par contre une fois que l’on y est, on découvre ce que veut dire l’exigence. Il n’y a pas de place pour l’amateurisme. Tout doit être parfait même pour un apprenti !

Où te vois-tu à la fin de ton BTS ? Rester ici ou repartir ?

Je pense que je me prends 3 mois de vacances à Tahiti et que je profite de la vie. Ensuite je pense certainement rester là bas. Mon objectif c’est de retourner travailler à Tahiti voire Bora Bora, sinon pourquoi pas ouvrir un établissement hôtelier en France utilisant des produits de la Polynésie ?

Tu étais présent au salon de la gastronomie ?

Oui j’ai pu présenter des plats tahitiens et j’ai fait pas mal de connaissances aussi. Beaucoup de gens de l’Outre-mer sont dans le domaine de la restauration. J’avais déjà participé au diner du CREFFOM en Novembre pour l’organisation en tant que maître d’hôtel.

En parlant de plats tahitiens, que nous préparerais-tu ?

Le Ma’a Tahiti bien sur qui a fait son entrée au Fouquet’s ! C’est le repas de fête tahitien par excellence. Il se compose de Taro(madère), d’Uru(fruit de l’arbre à pain), d’igname ou de patate douce, de cochon et de poisson rôti avec du lait de coco ou du Mitihue (noix de coco fermenté avec crevettes) et sans oublier le Fafaru !!! Il y a d’autres plats à découvrir. Mais j’avertis que le colombo n’a aucun secret pour moi…Nana (au revoir) !

 

Previous post

Johnny Grey

Next post

TRINIDAD : LA COMMUNAUTE CHINOISE DANS LA CRAINTE

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *