Culture

De Paul Robeson à Frantz Fanon

Ancien sportif et avocat, fils d’un esclave évadé, Paul Robeson (1898-1976) chanteur baryton, acteur de théâtre et de cinéma, a lutté toute sa vie pour ses engagements politiques : soutien aux mouvements ouvriers, dénonciation du fascisme, de l’impérialisme européen, de la ségrégation raciale et de la colonisation.

Il revendiqua donc une identité multiple et cosmopolite, en perpétuelle interaction avec le monde et anticipa en cela le « Tout-monde » d’Édouard Glissant. Victime du Maccarthysme, il mourra dans l’isolement et la pauvreté.

Au cours de sa carrière d’acteur, Paul Robeson essaie de rompre avec l’image stéréotypée du Noir. Malgré sa volonté d’échapper à la caricature, la plupart de ses rôles ont véhiculé des clichés, souvent bienveillants mais parfois racistes.

Vendredi 21 septembre à 19 h

De P. Robeson à F. Fanon Rencontre au salon de lecture J.K.

La sociologue Nicole Lapierre retrace dans son livre avec mille histoires inédites les relations nouées par des Juifs et des Noirs autour d’idéaux de liberté et de dignité durant le XXe siècle.

Elle emmène ses lecteurs dans un vaste voyage autour du monde en croisant histoire, anthropologie, philosophie et poétique, et nous invite à rencontrer de grandes figures au parcours souvent exceptionnel : Martin Luther King, Paul Robeson, Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire ou Frantz Fanon.

Avec Nicole Lapierre, socio-anthropologue, auteure du livre Causes communes. Des Juifs et des Noirs, éditions Stock, 2011 et Sarah Frioux-Salgas, responsable des archives du musée du quai Branly – Jacques Chirac et commissaire de l’exposition.

Dimanche 23 septembre à 16h

Song of Freedom : PROJECTION dans la salle de cinéma
De J.Elder Wills, fiction, Royaume-Uni, 1936, 1h20, N&B. Avec Paul Robeson, Elisabeth
Welch, Esme Percy.

Au XVIIe siècle, en Afrique, l’héritière d’un Roi est contrainte à l’exil et se trouve prise
dans les tourments de l’esclavage. Vers 1930, à Londres, Zinga (Paul Robeson) est docker, anglais, noir et doté d’une voix de baryton si intense qu’un imprésario le remarque et en fait un ténor d’opéra. Zinga porte depuis toujours un médaillon qui, un jour, lui révèle sa descendance royale et africaine. Zinga choisit de quitter gloire et fortune pour retrouver ses origines.

Previous post

Oú en sont St Martin et St Barth, un an après ?

Next post

Le premier salon de l’Adoption

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *