CultureEvénements

David Commeillas : sortir la Perfecta et les Vikings du « ghetto médiatique »

Dans les années 70, les Vikings de la Guadeloupe et la Perfecta de la Martinique ont inventé la modernité créole. A travers eux, c’est toute une scène antillaise, aux mélodies magnifiques, qui ne demande qu’à être (re)découverte. Car à l’inverse de Kassav, ni les Vickings, ni La Perfecta n’ont réussi «à percer» auprès du public hexagonal. Le réalisateur David Commeillas rend hommage aux Sopran’n, Ipomen, Daniel Ravaud, Michel Godzom et Marius Priam à travers « Kadans créole » en 52 minutes.

vikings-perfecta

97L : David Comeillas, d’où vous est venue l’idée de ce documentaire ?

Pour des raisons personnelles, je vais aux Antilles depuis une douzaine d’années. Ma femme est martiniquaise. J’ai découvert dans sa famille les classiques joués lors des barbecues, des mariages, des anniversaires, que moi je ne connaissais pas. Et à un moment je me suis demandé comment était-il possible que des groupes avec des carrières si longues soient totalement méconnus dans l’hexagone.

Ça n’arriverait pas en Saône et Loire ou en Bretagne que des orchestres avec 50 ans de carrière soient inconnus. Je me suis senti un peu amputé de ce patrimoine et je me suis demandé comment se faisait-il qu’il n’y ait pas un livre, un documentaire sur eux. Quand vous allez dans une bibliothèque à Paris, il n’y a rien sur la Perfecta ou les Vikings. Ce film est mon offrande à ces artistes.

97L : Les musiciens ont-ils été réceptifs à votre demande ?

Abordables, sans problème. Certains étaient un poil méfiant. Mais il faut les comprendre. Comme leur histoire n’avait pas été écrite, ils avaient envie que ce soit fait bien. Ils se sont dit : s’il y a une erreur, elle va rester. Et du haut de leurs 20 albums, finalement ils n’attendaient plus personne.
Une fois leur confiance gagnée, ils ont mis à ma disposition tout ce qu’ils avaient comme ressources : les photos, les albums, les revues de presse. Et je les remercie pour le temps qu’ils m’ont accordé pour les deux semaines de tournage avec Jonas Marpot pour Morgane Prod.

97L : Comment ont-ils réagi après le visionnage du film ?

Ils ont adoré et certains m’ont téléphoné immédiatement après. Ils étaient contents et fiers du travail accompli. En fait, si vous remarquez bien, et c’est un choix délibéré de ma part, il n’y a pas de voix off. Ce sont eux les acteurs. Ils m’ont fait parcourir leur île et remonter le temps. Je me suis fait média dans le sens premier du terme.

perfecta

Les premières images du documentaire avec la Perfecta

97L : Votre objectif de départ est-il atteint ?

Comme Kadans Kreyol a été co-produit par Martinique 1ere, il a été d’abord diffusé là-bas le 18 octobre. Il semblerait qu’il plaise puisqu’il est programmé sur France O dimanche. Mon intention était de populariser toute cette musique et cette histoire, de sortir ces mythes, ces deux monstres antillais de ce « ghetto médiatique ». Plus on va réussir à casser ces barrières, et ceci dans les deux sens, plus le film sera diffusé plus je serai heureux pour eux et pour moi.

Pour entendre en version originale, « lè solèy lévé le maten adan gran syèl la » et Zagalakatéléman, i bon é di ri », rendez-vous dimanche 27 novembre à 14 h 45 sur France O.

alain-1
Previous post

PLEINS FEUX SUR MAZOULOUTE

face
Next post

Noel explosif volume 2

Joël DIN

Joël DIN

1 Comment

  1. bizzby
    janvier 7, 2017 at 14:24 — Répondre

    Je ne suis pas de leurs générations mais respect tout de même à ces Géants de la musique Antillaise très bon reportage à découvrir et redécouvrir i té bon mem…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *