Société

Crêpage de cheveux entre Sciences Po et SciencesCurls

Nous ne sommes pas vos moutons !!!

Ils sont 4 étudiants de Sciences Po à avoir fondé l’association SciencesCurls : Réjane Pacquit, Kemi Adekoya, Loubna Banou et Frank Gbaguidi. Ils voulaient promouvoir par le prisme du cheveu les beautés dénigrées et discriminées pour être jugés sur leurs capacités intellectuelles et professionnelles, pas sur leur coiffure. Un tweet de Sciences Po et un émoticône (enlevé depuis) a mis le feu aux poudres et les fait s’interroger sur la compréhension de leur action.

SCIENCES O UNE
Aujourd’hui après 8 mois de travail et d’évènements en tous genres organisés au sein de SciencesPo, nous apprenons que nous sommes des 🐑 (moutons). Vraiment ? Après tant d’interviews où nous avons mis en avant l’ouverture, la diversité et la tolérance de l’école ? Ce que nous ressentons, c’est un sentiment de trahison, une immense déception et un grand étonnement, le mot est faible. Nous qui avons choisi d’intégrer jusqu’au nom de notre école dans le nom de notre association pour ne jamais qu’elle soit écartée de notre démarche, sommes extrêmement choqué-e-s de constater que l’on se permette de comparer les cheveux texturés naturels à des pelages d’animaux. Et pas n’importe lesquels : ni le Lion, ni le Renard emblématiques de l’école mais…. Le mouton ? Qu’est ce que cela signifie ?

Notre projet a-t-il seulement été compris ? Entendu ? Lu ? Comment croire qu’il est possible de symboliser notre initiative par un mouton quand on l’a ne serait-ce que lu ou comprise ? Aujourd’hui, nous avons la certitude que le chemin que nous avons emprunté reste encore long et que nos démarches sont tout sauf superficielles…

Le combat est RÉEL. ET NOUS N’ACCEPTERONS PAS DE VOIR CES FEMMES ET CES HOMMES DONT NOUS AVONS RACONTÉ LES HISTOIRES ÉVÈNEMENTS APRÈS ÉVÈNEMENTS ÊTRE RIDICULEMENT COMPARÉS À DES MOUTONS au sein d’une école que nous croyions pourtant de notre côté… car oui, pas un article n’a été oublié. Tous ont été partagés…

Aujourd’hui nous demandons : Etait-ce une fierté sincère ou travestie ? Etait-ce simplement de la bonne presse « école de la diversité » ? Aujourd’hui nous sommes tristes, nous sommes confus-e-s mais nous sommes encore plus déterminé-e-s à renverser ces clichés insupportables.

Aujourd’hui nous vous demandons, Sciences Po, de présenter des excuses… pas à nous. Mais à toutes ces personnes formidables que nous représentons et qui sont fatiguées et révoltées que ce racisme ordinaire écœurant et déshumanisant semble les poursuivre même derrière les murs de l’école qu’ils ont choisie.


Samedi 15 avril, Sciences Po s’est excusé auprès de l’association pour l’emploi « maladroit » de l’émoji mouton, et promettant de « redoubler de vigilance » dans le futur.

JE SUIS CHEZ MOI 1
Previous post

Pétition pour la guyanaise Henriette, adressée à la ministre du travail

St MART 2
Next post

Les jeunes saint-martinois au Sénat

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *