Société

Coupe Davis, pour Ary Chalus c’était non mais….

Annoncé comme l’évènement sportif le plus important de l’année 2016 en Guadeloupe, le 1er tour de la Coupe Davis opposant la France et le Canada au vélodrome Amédée Detraux avait essuyé une fin de non-recevoir de la part de la nouvelle équipe Régionale. L’état s’en est mêlé et a sûrement fini par convaincre le récalcitrant.

Les raisons exactes de cette tentative de désistement tourneraient autour du prix exorbitant du projet, chiffré aux environs d’1 million € initialement, mais qui en définitive coûterait plus de 4 millions. Une somme colossale qui serait certainement plus appropriée pour doter la Guadeloupe d’infrastructures qui lui font défaut.

Après le Mémorial Acte toujours contesté à cause de son coût pharaonique et pas de sa nécessité, fallait-il cautionner ce projet d’une telle envergure financière ? Hormis le fait que les télévisions couvrant cette manifestation feraient dans leurs commentaires quelques allusions à la Guadeloupe, que rapportera cet évènement au pays ? Rien ! Les installations prévues pour cette rencontre semble-t-il ne resteront pas sur place, mais démontées et rapatriées en France. Seuls les hôteliers trouveraient leur compte, mais qui solderait les nuitées de l’importante délégation accompagnant les joueurs durant cette compétition ?

Le vélodrome Amédée Detraux attend la décision d'Ary Chalus.

Le vélodrome Amédée Detraux attend la décision d’Ary Chalus.

Si le tennis reste populaire en Guadeloupe ce n’est certainement pas les enfants des classes défavorisées qui le pratiquent et puis, pourquoi vouloir aménager le vélodrome en cour de tennis alors que les épreuves dédiées au cyclisme sont quasiment inexistantes ?

Et voilà que les langues se délient pour dire que cette coupe Davis en Guadeloupe était tout simplement une manœuvre électorale de dernière minute pour favoriser un candidat aux dernières régionales. Mais ça, ce sont les mauvaises langues qui le disent.

La Guadeloupe a certes besoin de grandes manifestations pour briller sur le plan national et international mais pas en jetant l’argent par la fenêtre sans tenir compte des priorités de la population qui aimerait voir le chômage baisser, des logements construits, des hôpitaux aussi et tant d’autres choses encore dont elle a besoin pour le bien-être de ses enfants.

Seulement dans cette histoire, voilà que monsieur Patrick Kanner ministre des sports, fait entendre son son de cloche : « Monsieur Chalus veut certainement se démarquer de son prédécesseur en période d’alternance, cela peut se comprendre, mais on ne change pas de lieu comme ça à quelques mois de la compétition ».

D’après Thierry Braillard, l’Etat se serait engagé dimanche soir à participer financièrement à la rénovation du vélodrome Amédée-Détraux après concertation avec les différents intéressés, admettant que la FFT avait revu à la hausse le cahier des charges de l’organisation mais dans des proportions moindres qu’annoncées. Cet engagement «du gouvernement et de la FFT, qui souhaitent que la compétition ait lieu en Guadeloupe, est à dissocier de l’organisation de la Coupe Davis», a précisé le secrétaire d’Etat.

Rappelons que pour cette compétition la région s’était arrêtée sur la somme d’1 million € et la Fédération Française de Tennis sur 500 000 €.

Les amateurs de tennis seront-ils comblés ?

Les amateurs de tennis seront-ils comblés ?

Victorin Lurel s’est dit « étonné » par la réaction de son successeur et « rappelle que le chiffrage de 1,5 million d’euros pour l’ensemble de l’opération a été arrêté à l’issue d’une visite, fin novembre du vélodrome régional avec les services de la Région et les officiels de la Fédération française de tennis. La part de la Région dans la prise en charge de ce budget est parfaitement compatible avec les moyens de la collectivité. Tout autre chiffrage revient à prendre en compte d’autres investissements non nécessaires à l’organisation de la compétition. Les 4,5 millions d’euros dont j’entends parler sont tout simplement fantaisistes. Cet événement constitue une formidable opportunité de mettre en valeur la Guadeloupe au niveau international, en particulier dans un pays comme le Canada avec lequel des liens économiques et aériens existent déjà. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la Martinique se dit d’ores et déjà candidate alors que la Guadeloupe envisage de revenir sur sa parole envers la Fédération française de tennis et le capitaine de l’équipe de France, Yannick Noah. »

Ary Chalus rendra sa décision définitive lundi au cours d’une conférence de presse au Palais de région à Basse-Terre à 15 h heure locale.

Previous post

FOOTBALL : l'US STE MARIENNE A LA CONQUETE D'AJACCIO

Next post

VICTORIN LUREL : J'AI TRAVAILLE POUR LE PAYS

hugo FRAN

hugo FRAN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *