Société

CONSTRUCTION DU CHU DE GUADELOUPE

Le  mercredi  20  décembre  2017,  Ary  Chalus, Président  du  Conseil  régional,  a  invité  le  Président de  la  fédération  du  BTP,  le  secrétaire  général  de l’Union Générale des Travailleurs de la Guadeloupe (UGTG),  les  parlementaires  et  la  Présidente  du Conseil départemental, le préfet de Région, le directeur de l’ARS et le directeur du CHU à  se  réunir  pour  examiner  et  débattre  de  l’appel d’offres relatif à la construction du nouveau CHU de Guadeloupe.

À l’issue de cette réunion qui s’est concentrée sur les modalités et le format de l’appel d’offres lancé par  l’État,  le  Président  de  Région,  le  Président  de  la  fédération  du  BTP,  le  secrétaire  général  de l’Union Générale des Travailleurs de la Guadeloupe (UGTG), les parlementaires et la Présidente du conseil départemental, unanimes quant au caractère défavorable des termes de l’appel d’offres pour la  participation  des  entreprises  guadeloupéennes,  ont  décidé  de  cosigner  une  résolution en  vue d’infléchir l’arbitrage de ce marché.

Un chantier d’une telle ampleur doit bénéficier à l’emploi des Guadeloupéens. Or, les cosignataires considèrent que l’appel d’offres, étant donné la structure de certains lots, ne permet pas – et interdit même – l’accès des entreprises locales au marché.

Les raisons principales tiennent en ce que :
–  le  lot  D,  dit  « construction,  fluide  et  équipements »,  présente  une  configuration  qui  englobe entre 25 à 28 métiers et corps d’état différents,  ce qui interdit l’accès des métiers distincts au marché ; par ailleurs, même le regroupement des entreprises locales ne semble pas suffisant pour leur permettre d’accéder à ce marché.
–   En  outre,  un  minimum  de  chiffre  d’affaires  trop  élevé,  fixé  à  200  millions  d’euros  pour  y accéder, réserve de fait ce marché aux grandes entreprises nationales ou internationales.

Dans ces conditions les cosignataires proposent :
–  à l’État de réaménager le dossier de consultation, pour ouvrir l’accès à la commande publique aux  entreprises  locales.  Le  contenu  de  ce  réaménagement  est  à  étudier,  son  étendue déterminant les délais de prolongation de la consultation en cours à prévoir ;
–  de mettre en place, sous la présidence du préfet de région, une cellule technique composée de représentants de l’État, du conseil régional et du conseil départemental pour faire, dans les meilleurs délais, des propositions de réaménagement de la consultation.

Previous post

Alfred Marie-Jeanne : Ceux qui misaient sur notre échec en sont pour leurs frais.

Next post

Violences faites aux femmes : la parole tend à se liberer en Outre-mer (Girardin)

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *